Puggy : « Un rêve fou ? Aller dans l’espace »

Enregistré entre Londres et Bruxelles, le quatrième album de Puggy, Colours est attendu pour le 22 avril. Il a été réalisé par David Kosten (aux manettes des albums de Bat For Lashes notamment). Plus pop, plus électronique, plus groovy aussi. En attendant la sortie de celui-ci, Rocknfool a rencontré les trois garçons de Puggy dans les locaux de Ricard S.A, (ils sont la tête d’affiche du Tour Ricard S.A Live en partenariat avec Le Fair) pour une interview complètement folle. Le groupe sera au Café de la Danse le 29 mars. I AM STRAMGRAM et Rocky seront aussi de la partie.

La chose la plus stupide que vous pourriez faire pour le buzz ?
Matthews : Pour faire le buzz ? En toute sincérité, c’est la phrase qui m’énerve le plus depuis cinq ans. Cette idée qu’il faut faire continuellement le buzz, c’est un truc qu’on entend beaucoup à Paris. C’est fatiguant… Toute la créativité passe dans cette recherche de faire un buzz. J’ai l’impression d’avoir 13 ans, pendant la classe et comme je ne sais pas comment m’exprimer ou attirer l’attention d’une personne en particulier ou de mes parents alors je fais une connerie. Ca m’énerve !

Quelle est la chanson que vous auriez rêvé d’écrire ?
Ziggy : Il y en a beaucoup mais je vais dire facilement « Bohemian Rhaposdy ». Ca reste un morceau hyper inspirant même aujourd’hui. On se demande encore aujourd’hui comment ils ont fait ça. Il n’y a pas que la mélodie, il y a les paroles, la composition et même la production, tout est vraiment bien fait… c’était quoi, il y a trente, quarante ans ?

Un qualificatif sur Puggy qui vous rend fou ? Ou une critique qui vous énerve ?
Matthew : BUZZ ! (rires)
Romain : empêchez le de parler !
Matthew : non mais on est pas un groupe à buzz… pour le plus grand malheur de notre label d’ailleurs.
Romain : écoute, il n’y en a vraiment pas.
Matthew : on ne dit rien sur nous. Tu parles de qui ? Quelqu’un t’a dit quelque chose sur nous et on n’est pas au courant ? Vas-y balance !
Romain : on ne fait pas de buzz, on ne parle de nous, c’est de la faute de Matthew ça ! (rires)
Swann : bon, ben ok, dans se cas, on peut s’arrêter là alors !

Premier fou rire. Il faut attendre deux trois minutes avant que tout le monde retrouve son sérieux.

Matthew : je sens que cette interview va partir en sucette !

One Direction, c’est quand même de la musique pour… euh…pour petits gamins ?

La chanson qui vous énerve le plus ?
Matthew : ah c’est marrant j’en avais une dans la tête l’autre jour… Il faudrait que tu me donnes dix minutes pour que je trouve un titre, parce qu’il y en a beaucoup ! Vas-y Ziggy, prends la prochaine question pendant que je réfléchis .

Si vous deviez faire la première partie d’un groupe : Coldplay ou One Direction ?
Ziggy : Wow (rires)
Matthew : attends c’est bon ! J’ai trouvé ! Le dernier single de Coldplay qu’on avait entendu quand on était à Londres.. désolé Ziggy, je te coupe la parole ! Tu sais c’est le truc un peu funky…
Ziggy : c’est la chanson avec Adventure quelque chose ?
Matthew : je sais plus le nom de la chanson mais ce morceau m’énerve tout particulièrement parce que tu ne veux pas aimer ce truc, mais ça te rentre dans l’oreille et ça ne sort plus. Clairement, Chris Martin c’est un mec hyper doué qui crée des trucs super catchy. Coldplay c’est un très bon groupe même si je ne suis pas hyper fan… La première fois que j’ai entendu ce titre j’avais déjà trouvé que c’était du sous Coldplay, niveau composition, c’est en dessous de ce qu’ils ont l’habitude de faire mais c’est celui-là qui revient toujours en tête quand je veux pas. C’est très énervant.
Ziggy : ouai mais on préfèrerait quand même faire la première partie de Coldplay ; juste pour te faire chier ! (rires) Il y a quand même une différence entre Coldplay et One Direction. Eux, c’est quand même de la musique pour… euh…pour petits gamins ? C’est pas ma tasse de thé…
Matthew : même de café, puisque tu ne bois pas de thé (rires). Ceci dit le premier album de Coldplay est vraiment superbe.
Ziggy : oui ils ont fait des trucs vraiment bien dans le passé. On aime bien mais pas beaucoup…

Le pire concert de votre vie ?
Romain : Chantal Goya ! Traumatisant. J’ai pas compris le concept, en fait.
Matthew : tu fumais de la beuh à l’époque ?
Romain : en fait, je ne sais même plus si c’était un concert… (rires)

Ziggy : Je ne peux pas vivre dans un monde où il n’y a pas de chansons des Beatles

Une chanson que vous aimez mais dont vous avez honte ?
Matthew : bah le dernier single de Coldplay (rires). Non mais en fait, j’ai jamais eu honte de mes goûts musicaux. J’ai jamais eu de genres musicaux, ou l’impression de devoir appartenir à une clique. Style mettre un blouson en cuir pour écouter du métal ou un jean troué pour écouter du punk, une casquette à l’envers pour du rap. D’ailleurs, j’ai pas de clique, je ne traîne pas avec les gens ! Je sais qu’il y a des trucs de dance que je ne suis pas censé aimer parce que je suis musicien et que les musiciens détestent la dance ! Tu vois par exemple Diplo et Major Lazer, c’est pas ma tasse de thé, mais je trouve ce qu’ils font vraiment hallucinant. Je suis très fan de Skrillex aussi. Leur travail au niveau du son est génial… Ils ne sont pas des musiciens, ils le disent eux-même… ce sont des ingénieurs du son et j’ai l’impression qu’on arrive enfin à une époque où les musiciens commencent à avoir du respect pour ces gens-là… sinon, j’aime bien le dernier Justin Bieber… c’est quoi son nom déjà ?

(On sort une dizaine de titres sans trouver)

Matthew : mais il a combien de single ce garçon ? Moi j’en connais qu’un !
Romain : c’est celui qui produit par Diplo et Skrillex ?
Matthew : « Where are you now », c’est pas ça ? Toute la production de ce truc est énorme ! Bon je suis en train de t’avouer que j’aime bien un truc de Justin Bieber… ça me fait un peu mal ! Mais c’est pas lui que j’écoute, c’est la prod… une façon de me laver les mains ! (rires)
Romain : c’est vrai que ce morceau niveau prod, il est assez exceptionnel, donc je dis pareil. Ils ont bien réussi leur coup et redorer le blason de Justin Bieber.
Ziggy : Moi je suis un peu fan, en cachette, des productions de Max Martin… C’est tellement efficace à chaque fois… Je parle évidemment de…
Matthew : allez dis-le !
Ziggy : (silence un peu gêné)
Romain : allez, on a dit Justin Bieber (rires)
Ziggy : ok, l’album de Taylor Swift.

(deuxième gros fou rire)

Matthew : énorme, c’est le moment un peu psychanalyse où tout le monde a l’opportunité de livrer ce qu’il a sur le cœur. « Ca fait un an que j’ai ça sur le cœur, je suis fan de Taylor Swift » (rires). Tu es un Swifty ?
Ziggy : non ! Mais j’apprécie quelques une de ses chansons.

Si vous deviez faire en sorte qu’un groupe n’ait jamais existé : Rolling Stones ou les Beattles ?
Ziggy : mais en fait ce n’est pas vraiment possible de choisir…
Matthew : mais t’as pas vu Retour vers le futur ? Paradoxe tempo… nucléaire ? (rires), non mais je sais pas… tu peux pas ! C’est une question qui ne peut pas exister. Juste le fait que cette question existe veut dire qu’elle n’existe pas !
Swann : oui mais pour le besoin de l’interview, il faut choisir !
Matthew : non non non, on ne peut pas ! Parce que si l’un n’existe pas, l’autre non plus !
Ziggy : oh ça dépend ! Je ne peux pas vivre dans un monde où il n’y a pas de chansons des Beatles, donc je choisis Rolling Stones.
Matthew : t’es vraiment sûr de toi ?
Romain : NEXT QUESTION !

Quelle est la première question qui vous traverse l’esprit en montant sur scène ?
Romain : nouveau moment psychanalyse ! Je dirais : « putain qu’est-ce qu’il est cool ce job ». Et quand la salle est complètement de vide : « merde où sont les gens » (rires). Non, mais à chaque fois on essaie de faire l’effort intellectuel de se dire « wow »…
Matthew : l’effort intellectuel ?
Romain : ben ouai parce qu’il y a des gens qui montent sur scène, ils se rendent plus compte de rien… Avec le dernier album, sur la fin de la tournée on faisait des salles de 8000 personnes et des énormes festivals avec un public de dingue, on se disait : « mais c’est ça notre job maintenant ». C’est une des pensées qui me traversent l’esprit en tout cas…
Matthew : moi, généralement je suis le dernier à arriver sur scène et je rentre du côté opposé des autres. Et c’est dangereux une scène ! Il y a beaucoup de câble, des amplis, des bouteilles… c’est compliqué, un parcours du combattant… et notre éclairagiste est très friand d’un noir salle… un noir complet, donc ne tu vois rien… donc généralement, ma première pensée c’est « te casse pas la gueule » et quand je me sens en sécurité je me dis « ouai c’est cool ».

Une mauvaise habitude que vous détestez chez vos camarades ?

(rires)

Matthew : Ziggy laisse traîner ses chaussettes dans le bus !
Ziggy : ça ce n’est pas vrai ! Par contre je laisse traîner autre chose….
Romain : COUPE CA ! (rires)
Matthew : Romain pique toujours dans mon assiette, ça m’énerve assez !
Romain : et je te pique des cliques aussi…
Matthew : ouai en fait, il me pique mes affaires… c’est pas cool !
Ziggy : par contre c’est vrai que je retrouve souvent des chaussettes qui sont pas à moi dans mes valises…
Matthew : c’est parce que je les range dedans quand j’en trouve (rires)
Romain : bref, question suivante !

Un rêve fou que vous aimeriez réaliser avec Puggy ?
Romain : allez dans l’espace ?
Matthew : oui mais sans aucune civilisation !

PUGGY

Puggy sera en concert à la Maroquinerie : les 16, 17, 19, 20 et 21 avril

Propos recueillis par Sabine Swann Bouchoul

(crédits photo : Kmeron | Vincent Philbert)

Advertisements

2 pensées sur “Puggy : « Un rêve fou ? Aller dans l’espace »

  • 20 mars 2016 à 15 h 48 min
    Permalink

    Hooooo j’adore ton interview !!
    Je reconnais bien Matthew là, toujours à parler et me faire mourir de rire ! Ce mec est vraiment très très intéressant ! En fait je pourrais parler des heures avec les 3 ! 😀
    Et Ziggy fan de Taylor Swift hahaha !! 😉
    Cette ITV m’a bien fait rire en tout cas, merci ! 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.