On y était : Nach + Éléphant au Hamac Festival

Ce weekend c’était le Hamac Festival. De beaux noms se sont partagé les quelques scènes dispersées dans le nord de Paris, autour du magnifique lycée Jacques Decour. On était présents pour voir Éléphant et Nach samedi soir. Malgré la pluie, le public était venu en masse pour profiter de la grande scène, des distributions de glaces et des hamacs installés dans la cour. Une organisation au top pour cette deuxième édition du festival le plus estival du Paris intra-muros.

À LIRE AUSSI >> Farniente et musique au deuxième Hamac Festival

Lisa et François, aka Éléphant, accompagnés de Nicolas à la batterie, boîte à rythme et guitare, ont très efficacement réchauffé le public. A coups de pop rythmée, de voix croisées et de chouettes textes en français, ils sont parvenus à faire danser, sauter et chanter les festivaliers. Ils ont alterné les titres de leurs deux premiers albums – Collective mon amour (2013) et Touché Coulé (2016) – selon l’ambiance du moment puisque, comme nous l’a confié François, le groupe ne prévoit pas de setlist. Très spontané, dansant, s’amusant entre eux et blaguant avec le public, le groupe semblait s’éclater sur scène et nous aussi. On retient notamment les sautillants « Respire », « Touché coulé », « Danse danse ». Éléphant a même su reprendre avec talent « Les Espaces et les Sentiments » de Vanessa Paradis et « Validée » de Booba.

À LIRE AUSSI >> On y était : Rose et Éléphant aux Francofolies de La Rochelle

La reine Nach entourée de ses trois dames d’honneur prend place sur scène alors qu’une violente averse sévit toujours. Qu’à cela ne tienne le public – venu en nombre spécialement pour elle -, d’abord réfugié sous le grand arbre de la cour, ose braver les trombes d’eau pour s’approcher de la scène. La fantastique Nach parvient en quelques notes à chasser les nuages et faire revenir le soleil. On n’en attendait pas moins d’elle. Souriante, pleine d’énergie, drôle et riche d’une harmonie à en faire fondre tous les cœurs, elle nous conquiert sans effort en solo, en groupe ou accompagnée de sa chère « machine » à sons magiques sur « Lève-toi ». Un baume au cœur.

À LIRE AUSSI >> La bonne humeur de « Qui c’est celle-là », le clip anti-déprime de NACH

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.