Kings Of Leon : « Walls » ne les enverra pas dans le mur !

ECOUTE – Après une attente anxieuse, attisée par plusieurs singles séduisants, les mythiques Kings Of Leon signent un retour réussi avec Walls.

Le 17 Octobre dernier les Kings of Leon ont (enfin) sorti leur nouvel album Walls/We Are Like Love Songs. Leurs deux derniers albums Mechanical Bull et Come Around Sundown ont été totalement sous-estimés et maltraités par les critiques, sauf par nous car ils sont de beaux chapitres, authentiques et fidèles à l’histoire de ce groupe. Les soucis de drogue et de notoriété mal gérée des différents membres et surtout de Caleb, le leader, les avaient peut-être un peu affaiblis donc, oui, les critiques vont pouvoir cette fois nous ressortir tous les qualificatifs bateaux du « Grand Retour » des garçons Pentecôtistes !

kings_of_leon_press_20130603_2045x1365

Dès le premier titre « Waste a Moment », on sait que les Kings of Leon ont décidé de reprendre la route des Zénith et autres arenas. Rythme effréné pour faire sauter la foule, « wohoooo » à reprendre en cœur, le titre est joyeux, fédérateur, tous les ingrédients du tube.  « Over » et « Eyes on You » confirmeront la chose quelques titres plus loin. Et lorsque l’on dit joyeux on pèse nos mots, car « Around The World » invite même des percussions exotiques et un gimmick de guitare chaloupant. Inédit pour ces garçons ayant oscillé par le passé entre Rock sale et Country red neck ! On a même droit à une sérénade mexicaine avec « Muchacho », pas le titre le plus remarquable de l’album d’ailleurs…

Comme tout groupe de rock, c’est aussi dans la douceur qu’on les adore. La voix de Caleb est le joyaux de ce groupe, « Conversation Piece » est donc le moment où on peut s’attarder sur elle. La laisser nous séduire, le slow nous aurait permis d’emballer dans les booms de notre jeunesse. Oui, c’est un peu téléphoné et kitch mais où est le mal ? En tant que vieille fan des KOL, bien sûr que je regrette la rudesse des débuts, l’indie sexy et inédit des premiers albums, WALLS en est très loin, il est de la veine de Mechanical Bull, et plus les albums passent et plus le groupe a changé de rayon chez les disquaires. Mais de là à jeter ces nouveaux titres à la poubelle, non, leur proposition est honnête et de qualité. Et puis au cas où nous serions fâchés, ils nous ont gardé « WALLS » pour la fin, piano et guitare folk, Caleb tristounet, la midinette en vous ne pourra pas bouder bien longtemps !

Petit extrait live, on imagine qu’ils sont magnifiques en concert, hélas pour en juger par nous mêmes il faudrait une date en France et cela n’est pas arrivé depuis… tellement longtemps que « les internets » n’en retrouvent aucune trace.  Croisons les doigts pour que 2017 voit enfin arriver la troupe dans nos contrées…

A LIRE AUSSI >> Première écoute: Waste A Moment des Kings of Leon

Advertisements

Laisser un commentaire