La (belle) session acoustique du samedi #148 : Damien Rice

ACOUSTIQUE – Retour aux fondamentaux, à la délicatesse, à la mélancolie avec Damien Rice, le docteur ès mélancolie.

Septembre is coming. Les feuilles vont bientôt commencer à tomber, le ciel se teintera de gris, les arbres ne tarderont pas à revêtir de leurs manteaux aux couleurs rouge et or et le temps va, irrémédiablement, se rafraîchir. Certes, on n’y est pas encore. Mais autumn is coming. Et l’automne est ma deuxième saison préférée, après l’hiver. Pour les couleurs principalement. Les couleurs sont plus belles. C’est aussi l’époque qui colle le mieux à Damien Rice. J’ai toujours associé le garçon à ce moment de l’année. Je n’ai pas l’explication rationnelle à cette explication. Ça colle ensemble, c’est tout. La pluie, la guitare, la mélancolie. Aussi, pour mieux préparer ce septembre qui arrive, autant se mettre tout de suite dans le bain avec « The Greatest Bastard ».

Pour mémoire, Damien Rice fait une escale à Paris, en décembre prochain. Le chanteur irlandais sera en concert (en solo) à l’Olympia le 11 décembre dans le cadre d’un projet d’Amnesty International : « Le Rêve d’Elenaor » qui célèbre le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

À LIRE AUSSI Adam Barnes, le déluge lacrymal assuré

 

Advertisements

Laisser un commentaire