« The Ride of Love » : la chevauchée fougueuse de Ryder The Eagle

CHRONIQUE – Le rockeur au grand cœur, Ryder The Eagle, sort un premier EP, The Ride of Love. Cinq titres à la gloire de l’amour, des grands espaces et de la musique.

Après un double-single sorti en janvier dernier, qui faisait déjà honneur à l’amour et à l’amour de la musique, Ryder The Eagle sort son premier EP, The Ride of Love, qui porte bien son nomL’ex-batteur de The Dodoz et de Las Aves, désormais en solo, se met à nu, comme il l’expliquait déjà dans une vidéo teasing. « My name is Ryder The Eagle, and I don’t know who I am. » Voici comment commence la grande aventure, celle qui mêle poussière brûlante, routes éreintantes et guitares déchirantes.

Un cowboy romantique

« I’m a dirty crooner, restless biker, and a dedicated lover. »
Le ton est donné. Chevaucher aux côtés de Ryder The Eagle c’est prendre la route de l’amour, de la terre et de la liberté. Avec comme credo, le vrai, le sincère et la quête du soi authentique, ce cowboy romantique écrit des odes à l’amour. C’est la ballade « Die On My Bike » qui ouvre l’EP. Il y dévoile son dévouement sincère pour sa bike. Prêt à mourir pour elle tant sa passion est incandescente. En montant doucement en crescendo il interprète tantôt la douceur de l’amoureux, tantôt l’ardeur de sa passion, jusqu’à se briser quasiment la voix.

À travers ce titre c’est la liberté, le voyage et l’aventure qu’il glorifie. Tel un lonesome cowboy, on l’imagine rouler vers le soleil couchant, avec pour seuls compagnons son destrier grondant et sa fidèle guitare.

Ryder The Eagle

Le talent de Ryder The Eagle c’est de naviguer entre les genres, les tons et les nuances. Au fil des mesures ce sont de véritables paysages qui défilent dans nos oreilles. Parfois chaud et pétillant (« Skinny Motherfucker ») ou doux et dévoué (« It’s All About the Music »), il est aussi coléreux et bouillonnant, agrippant guitares et batteries avec force et intelligence (« Crush Your Head on The Floor »). Ryder The Eagle est un cowboy romantique qui se sert de la musique pour exprimer son trop-plein d’émotions, avec tout ce que cela implique de hargne et de violence.

Un artiste habité

La violence et la mort sont au cœur de l’EP, notamment avec le titre « Crush Your Head On The Floor », où se mélangent une ambiance film noir et une légèreté déconcertante. Lui fait écho, la sautillante « Skinny Motherfucker » sur laquelle on s’apprête à danser gentiment en insultant avec férocité notre entourage.

Mais The Eagle est au-dessus de tout cela : « One day a great storm will be coming. That’ll be the most frightening storm you’ve ever seen. Then take a look up to the sky. Most birds will panic, and seek shelter. But the eagle will not. He’ll search for the core of the storm, spread his wings, and use the wind to rise high above it. »

Il survole des années de rock, de guitares saturées et de réverb’ en y apportant un renouveau captivant. Il n’hésite pas à mélanger les genres et à chanter du plus profond de lui-même. Tantôt festif, tantôt dévasté, tantôt les deux imbriqués, The Ride of Love comprend tout ce que les sentiments humains ont de complexe.

Ryder The Eagle est majestueux comme son nom mais aussi comme la musicalité de ses compositions. « Frankfurt » prouve la grandeur et la richesse de son écriture musicale : une orchestration ample, des ruptures de rythme, des nuances et surtout une grandiose élégance. La voix et la guitare y sont à la fois le langage du cœur et l’instrument qui se modèle.

Sur ses dernières mesures, le chanteur s’offre un duo avec sa guitare qui semble prendre la texture d’une voix humaine. Ensemble ils ne font plus qu’un, tant la passion les réunit. Et s’il fallait encore l’expliquer, l’EP se clôt avec ce titre au nom si évocateur, résumant le disque et toute la philosophie de The Eagle : « It’s All About the Music ».

 

À LIRE AUSSI >> Auditions Inouïs du Printemps de Bourges : Ryder The Eagle, Howlin’ Jaws, Rendez-vous et Whacks

► Ryder The Eagle sera en concert le 4 décembre au Pop-Up du Label. The Ride of Love est disponible depuis le 14 octobre.

Advertisements

Laisser un commentaire