Francofolies 2018, jour 1 : MNNQNS, Angèle, Raphael, sous le soleil

LIVE REPORT – C’est parti pour une nouvelle édition des Francofolies de La Rochelle. Une journée ensoleillée sous le signe de la bonne humeur et de l’énergie. 

Le soleil est au rendez-vous, les festivaliers des Francos aussi. La grande scène affiche complète. En ce soir de levée de rideau, Véronique Sanson faisait la fête. L’artiste célèbre sa longue carrière et pour l’occasion, elle a invité quelques amis : Patrick Bruel, Jeanne Cherhal, Alain Souchon ou encore le groupe Tryo. Le public est conquis, la fosse et les gradins sont bondés, tous chantent à tue-tête les titres de cette artiste qui a bercé et accompagné plusieurs générations. La mienne aussi sans doute, mais n’y connaissant pas grand chose à Véronique Sanson, je ne rentre pas vraiment dedans. S.S.B

On voulait absolument découvrir Angèle sur scène. On a réussi à rentrer dans le théâtre Verdière après le début de son concert, qui affichait archi-complet. Nouvelle coqueluche de la pop, made in Belgique, la petite sœur de Roméo Elvis a aisément conquis le cœur du public. Il faut dire que la demoiselle, du haut de ses 22 ans, a un charisme de feu. Ultra pétillante, dynamique, enthousiaste et sincère, elle assure le show avec un naturel déconcertant. Si on a eu droit à ses tubes déjà imparables, dont  « Je veux tes yeux »,  la jeune chanteuse nous a gratifiés de quelques morceaux inédits parmi lesquels le très entraînant  « Flou » et « La Flemme ». Vivement la sortie de son album, attendu pour cet automne. H.P

Le groupe qui m’intéressait le plus ce 11 juillet, aux Francofolies, c’était MNNQNS. Avec eux, c’était une suite de rendez-vous manqués. Je les ai ratés plusieurs fois alors que leur EP tourne en boucle dans mes oreilles depuis quelques temps déjà. C’est un peu la bouffée d’oxygène, la bulle de punk rock dans une époque qui ne jure que par le rap. Énergiques, charismatiques, nonchalants, magnétiques, les quatre garçons aux cheveux longs maîtrisent la scène. Leurs titres sont intelligemment construits, à l’anglaise. On pourrait jurer d’ailleurs qu’ils sont anglais quand on les écoute, et qu’ils viennent d’une autre époque, quelque part entre les années 1970 et 1980. Mais, ils viennent bien de chez nous. Et c’est sans doute l’un des meilleurs groupes actuels. S.S.B

Voir Raphael à l’affiche des Francofolies, une habitude dont on ne se lasse pas. Le chanteur était sur la scène Jean-Louis Foulquier pour défendre son dernier album Anticyclone. Mais pas que ! L’artiste, en grande forme, a également chanté de titres plus anciens de son répertoire comme  « Caravane »,  « Ne partons pas fâchés » ou  « Chanson pour Patrick Dewaere ». H.P

Photos : Sabine Swann Bouchoul

Advertisements