THE VOICE saison 8 : arrive-t-on au bout ?

TÉLÉ – La 8e saison de The Voice a commencé sur TF1. Et on doit creuser toujours plus loin pour y trouver de l’intérêt. Est-ce la fin du télé-crochet ?

The Voice, malgré nos nombreuses critiques, restait un des rares endroits à la télé où, parfois, par un coup de chance inespéré, on découvrait (ou redécouvrait) quelques artistes qui nous faisaient frissonner. Loin des vainqueurs. Neeskens, Clément Verzi, Guilhem Valayé, Luca Sellier, Demi-Mondaine…  Mais après 8 années du concours phare de TF1, on commence sérieusement à se demander pourquoi on persiste à regarder. Les 2 premiers épisodes de la saison ne nous ont pas convaincus. Voilà pourquoi.

1- Le jury

Cette année, on garde Mika, et on recrute chez The Voice Kids (encore). Jenifer signe son retour, et Soprano débarque dans les rangs. À tout cela, on ajoute monsieur Julien Clerc. Bon. Que dire… Jenifer a toujours les mêmes arguments pour convaincre ses talents, le principal étant qu’elle ose tout et qu’elle n’a peur de rien (on aimerait bien en avoir la preuve dans sa musique). Soprano rigole à tout, aime tout, s’extasie de tout, et on n’est pas vraiment sûr de supporter son accent jusqu’au bout. Quant à Julien Clerc, on ne sait pas trop ce qu’il fait là, et a priori lui non plus.

2- Les nouvelles règles

Cette nécessité de vouloir ajouter du suspense en inventant de nouvelles règles à chaque saison… Cette année, la possibilité pour un juré de bloquer un autre et donc de l’empêcher d’être choisi par un candidat. On notera que ce blocage ne peut se faire que de manière « préventive » (rendant le geste parfois inutile si le juré visé ne se retourne pas) et qu’une seule fois sur l’ensemble des auditions… Et le seul à en pâtir est finalement le candidat lui-même, puisqu’il dispose d’un choix en moins… Chouette.

3- Les retours de flamme

Il y a toujours eu des candidats venus tenter un retour sur la scène de The Voice. Mais on a l’impression (et ce n’est peut-être qu’une impression) qu’ils sont super nombreux cette année. Entre Virginie (Lisa Angel) qui a déjà sorti 4 albums et a participé à l’Eurovision, Gage ayant déjà eu son heure de gloire avec son ami Corneille, Sidoine l’ex star-académicien, tous les autres qui ont déjà faits des albums jamais sortis, et même Clément qui a déjà participé à The Voice 6… Mais où sont les nouveaux talents ?

4- La perte de temps

Les portraits des talents qui sont autant d’occasion de disserter sur le vide : le traumatisme d’une scolarité à la maison, les youtubeurs canadiens, le gamin qui raconte comment il fait pleurer son grand-père, la nana qui parle de sa passion pour les chapeaux, le problème insurmontable de la mus chez les garçons… Help !

5- Aucun frisson

Aucun on te dit. Nada. La tristesse quoi…

Pour la suite, on retiendra quand même (pour une raison ou pour une autre, parce qu’on pense qu’ils allient la voix et le style qu’il faut pour coller à l’époque) :

– Gjon’s Tears et sa reprise de « Christine » (Christine and The Queens) au piano

– Mayeul et sa reprise rap de « Believer » (Imagine Dragons), qui a le mérite de présenter son texte (même si le mec est déjà catalogué beau gosse de l’émission par Jenifer)

– Poupie et sa reprise de « Me, myself and I » (G-Eazy x Bebe Rexha), électron libre sans limite

– Louna et sa reprise de « Lose Yourself » (Eminem), avec un petit quelque chose de Selah Sue dans la voix

– Vay et sa reprise de « Stay » (Rihanna), très belle voix et enfin un truc qui colle avec l’époque.

– Sidoine et sa reprise de « Réseaux » (Niska), à coup de MPC et voix cassée.

– Ana Carla et sa reprise de « Diamonds » (Rihanna), avec beaucoup de délicatesse et un violoncelle

Advertisements