Trapdoor : l’irresistible boîte à musique de Madjo (chronique)

OH! C’est le premier mot qui est sorti de ma bouche. Il a été accompagné immédiatement d’un « p**ain » après avoir écouté l’album de Madjo qui sortira dans les bacs le 13 septembre prochain. Trapdoor est une véritable pépite, une irrésistible boîte à musique ou s’entremêle sonorités blues et harmonies vocales tantôt en anglais tantôt en français.

J’avais découvert Madjo par le biais de sa magistrale reprise de « Where Did You Sleep Last Night« . Forcément grande Fan de Nirvana et amoureuse de l’ Unplugged forcément ça me parle! Mais arrêtons là avec Nirvana. Dans sa tête, Madjo pensait à Leadbelly, auteur original et pourtant inconnu de ce titre. La version très personnelle et tout en douceur de Madjo m’avait ébloui… Manque de pot elle manque à l’appel du tracklisting de Trapdoor. Cela importe peu en réalité puisque le reste de l’album est un vrai bijou. On connaît déjà certains titres et on se réjouit de les revoir ici. Comme « Leaving My Heart » qui ouvre l’album « Trapdoor In The Wall » ou encore « Je claque des doigts ».

Après une première écoute intégrale de l’album, on se dit 1. qu’il n’y a pas de mot pour définir le ressenti général (ça fait quatre jours que je me triture les méninges pour écrire cette chronique) et 2. qu’il diffère totalement de l’EP sorti un peu plus tôt dans l’année. L’EP très orienté folk intimiste ne représente qu’une toute petite partie de l’univers de Madjo. Trapdoor, lui est indéfinissable. Les influences sont diverses, tout comme les humeurs également, les mélodies et les rythmes. Madjo bidouille les sons, et mélange les langues et bricole une boite à son pour sortir un écrin. Mélancolique et poétique, la plume de Madjo (et celle de Félix Perez qui a co-écrit certains textes) distille le thème de l’imaginaire et du monde animal. « Cœur Hibou » en est un parfait exemple. Inspiré du bestiaire d’Apollinaire, ce morceau mélancolique et spleenesque à souhait frictionne l’échine. Il est sans doute mon gros coup de cœur de l’album. Autre morceau coup de cœur : « Catch The Bird » qui suit immédiatement « Cœur Hibou ». Pour le coup, ce morceau-là est totalement dans l’esprit folk dans lequel baigné l’EP. A côté de ces titres tristes et mélancolique ou retrouve des mélodies beaucoup plus lumineux et rayonnant comme « Lion Monkey Husband » pour le coup très rythmée et sautillant ou encore « Mad Mind » et ses sons tribaux. Si on séduit par les compositions, on est tout simplement transporté par cette voix particulière, magnétique et gorgé de soul de Madjo.

Madjo affirme son identité et son univers musical dans cet album qui est à son image : un album coloré, charmeur et irrésistible. Ne cherchez surtout pas à comparer Trapdoor à ce qui existe déjà, il ne ressemble rien d’autre, il est unique. C’est du Madjo, un point c’est tout!

Sabine Swann Bouchoul

(Merci à Lucie C. et à Cécile G.)

Advertisements

6 pensées sur “Trapdoor : l’irresistible boîte à musique de Madjo (chronique)

  • 14 septembre 2010 à 20 h 26 min
    Permalink

    One more time congratulations. You deserve! For the love of God, I ask for to you, please, orders the letter to me of this music:

    you& my you in clouds.

    I love this music link of this music in youtube:

    in my street, in Brazil, it has eight people beyond me wanting to know this letter. YOU directs I BEG me please?

    I will wait very anxious.

    If everyone can, give for my e-mail, PLEASE?

    carlo.lagos@hotmail.com

  • 15 septembre 2010 à 6 h 53 min
    Permalink

    Madjo,

    Un vrai plaisir de te retrouver en concert à Auray… On a de la chance !
    Je cours de ce pas acheter le disque…
    On en parle, on en parle autour de nous…
    Au plaisir de te retrouver bientôt et de t’écouter d’ici là dans notre boite à musique…

    Corinne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.