Le jour où je suis tombée amoureuse de…Keaton Henson

On y revient toujours à ses vrais amours. Moi, c’est le folk, et même si parfois, par période, j’ai tendance à lui préférer le rock, je finis toujours par y revenir. Et, c’est une écoute un peu par hasard, qui me rappelle à quel point c’est le folk qui me touche le plus profondément. Une voix. Des arrangements simples. Des sentiments qui parlent. Tristesse. Mélancolie. Amours perdus. Des thèmes peut-être, banales, certes mais universels. Moi, ils me parlent, et mille fois me font pleurer encore et encore. J’aime pleurer, et j’en ai d’ailleurs aucunement honte. Non, pleurer n’est pas signe de faiblesse, à bien des égards, je considère ça comme une force.

On expose sa sensibilité. Il faut davantage de force pour montrer ce qu’on est vraiment au fond de nous que le cacher. C’est même quelque chose est rare. Aujourd’hui le paraître prime sur l’être. C’est stupide. Comme s’il ne fallait être des machines sans sentiments. Non, nous ne le sommes pas. Et, ça je me le rappelle à chaque fois que je tombe par hasard sur un artiste qui fait justement appel à ces émotions profonds.

Voilà, une bien longue introduction pour vous parler de Keaton Henson. Et, une fois n’est pas coutume, ce n’est pas sous forme de chronique d’album que je vais vous parler de lui. Ni même de portrait. Je ne vais pas le comparer à d’autres éminents folkeux, barbus qui eux aussi ont réussi à me provoquer un déluge lacrymal. Ils sont nombreux, et de toute manière, me faire pleurer est loin d’être un exploit olympique.

Keaton Henson donc. Une rencontre faite au hasard sur Facebook. Mais, ce n’est pas moi qui l’ai déniché. Comment diable ai-je pu passer à côté de ce garçon. Je m’en veux, mais je remercie Simo (qui tient Bullesonore) d’avoir déniché cette perle rare, en postant cette chanson : You Don’t Know How Lucky You Are. Un clip simple, qui prend aux tripes. Une femme au regard perdu. Des yeux qui retiennent des larmes jusqu’à ne plus pouvoir. Une respiration saccadée. Une femme à terre, qui ne supporte plus le poids de sa tristesse. Parfois, il n’y a pas besoin d’en faire des tonnes pour provoquer une émotion. Moi, c’est la simplicité des choses qui me touche.

La musique de Keaton Henson est à l’image de ce clip : brute, pure, simple certes. Pas de mièvreries, pas d’arrangement surfaits. Rien n’est plus beau que lorsque c’est brut. Ça suffit. Ça me suffit. A l’heure où certains se perdent, il est bon de revenir aux fondamentaux et à la pureté d’une chanson folk. Merci Keaton.

Keaton Henson – You Don’t Know How Lucky You Are from Keaton Henson on Vimeo.

Advertisements

4 pensées sur “Le jour où je suis tombée amoureuse de…Keaton Henson

  • 2 septembre 2012 à 22 h 46 min
    Permalink

    Je ne connaissais pas cet artiste auparavant mais que puis-je sinon ; magnifique. Je suis également une amoureuse du folk et ce genre de voix vient littéralement me chercher. Merci pour cette découverte.
    De mon côté, je te suggère un Patrick Watson très sensible, très original.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.