Wonderful, Glorious, le nouveau Eels bien nommé

2013_1

Déjà disponible en streaming depuis cette semaine, le nouvel album d’Eels sort le 5 Février. Wonderful, Glorious, est le (très attendu) 10e album du génial et très attendrissant Mark Oliver Everett aka E. Dès que l’on s’intéresse de plus près à cet artiste, on en tombe forcément amoureux, dans le vrai sens du terme amoureux ! C’est-à-dire que l’on prend aveuglèment tout le package, on commence à partager son enthousiasme et son énergie, on pleure et on compatit à ses chagrins, et enfin on pardonne les errances et petits coups de moins bien, et puis surtout, bonheur n°1 de cet amour: on vibre violemment à ses côtés…

« Bombs Away » premier titre de l’album nous rassure d’entrée de jeu: E. va bien, sous-entendu va mieux et ça s’entend. Car nous l’avions laissé en 2010 dans une année certes muscialement fructueuse, 2 albums en 1 an, End Times et Tomorrow Morning, mais aux thèmes mélancoliques, voire dépressifs et parfois même… chiants… Oui je vous l’ai dit, l’amour rend aveugle, mais pas totalement sourd non plus, donc à l’époque on a écouté sa peine, compris et accepté ces albums très personnels, cela fait partie du personnage depuis ses 15 dernières années de nous conter son histoire et puis on a pris notre mal en patience en attendant le retour en haut de la vague. C’est chose faite, hourra.

Sans vous faire du titre par titre, je résumerai en disant que tout ce que l’on aime chez Eels est présent dans cet album. Chacune des facettes du personnage, chaque instrument chéri, le clavier dissonnant, la guitare saturée comme la plus douce, la voix de E. gueularde comme un loup, le côté espiègle du barbu dans certaines mélodies comme la mélancolie, notamment sur « True Original« . On retrouve le rock rugueux et sexy sur « New Alphabet » comme les balades, aux intros magnifiques et à l’avenir reconnaissables dès la 1e note comme dans « Accident Prone » ou « On the Ropes« . « Peach Blossom » arriverait comme une espèce d’écho à « Hombre Lobo » 4 ans plus tard. On aime aussi la rythmique rétro d’un « Stick Together« , sous son air placide E. est capable de nous faire danser le rock acrobatique !  Un titre comme « Open My Present » fera dire aux incultes qu’il y a du Black Keys dans Eels (qui de la poule de l’oeuf, bla bla bla, c’est bluesy donc ça fait bien de caser les Black Keys). Cet album est bon comme un retour à la maison après un long voyage, c’est familier, rasssurant mais pourtant le temps a continué à filer et rien n’est tout à fait comme avant, et c’est de ce mélange de sensation que nait la félicité… Wonderful, Glorious

https://soundcloud.com/#vagrantrecords/sets/eels-wonderful-glorious-album

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.