It’s all about voices, ou pourquoi on craque sur une voix

THE VOICE – Samedi soir, The Voice revient pour sa 6e édition. Et on a beau dire, le concept de cette émission nous parle beaucoup. Alors la voix, meilleur moyen de craquer pour un artiste ?

As-tu déjà analysé un minimum tes goûts musicaux ? Mieux, tes coups de cœur ? T’es-tu déjà demandé pourquoi, tout à coup, tu avais cette soudaine envie d’écouter tel ou tel titre ? Moi oui, souvent. Et le constat est toujours le même : la voix.

La voix, cette madeleine de Proust

Je ne suis pas musicienne. Pourtant, la musique est ma drogue. Les concerts encore plus. Je suis addict à la musique live. À ces sensations qui t’envahissent quand le noir se fait et que le groupe débarque et t’embarque en quelques minutes. Ce n’était pourtant pas écrit, pour moi. Avant d’errer dans toutes les salles de concert de mon chemin, j’ai commencé à écouter de la musique à la radio. Dans les films. Dans les séries. Et j’ai affiné mes goûts, mais jamais en fonction de la performance musicale. Je ne me suis jamais dit face à une chanson que j’entendais pour la première fois : « oh mon dieu, quel sublime riff! » ou « le batteur est vraiment exceptionnel » ou « nan mais sérieux, cette ligne de basse! ». Non, jamais. Ou alors bien plus tard, après plusieurs écoutes.

Le crush, ce moment où tu tombes, où tu sombres, où tu fermes les yeux, il a toujours eu pour origine la voix. Du plus loin que je me souvienne, mes plus grandes émotions musicales viennent de la voix, et uniquement de la voix. Tu te souviens de Daniel Lévi et de « Ce rêve bleu » ? Moi oui. Et « Loin du froid de décembre », du dessin-animé Anastasia ? C’était Hélène Ségara qui le chantait, à la fin du film. À l’adolescence, The Calling et son « Wherever You Will Go » m’obsédaient. J’écoutais en boucle « Heart-Shaped Box » à cause des « Hey, wait » de Kurt Cobain. Oh, tu peux bien me dire qu’il y a plus intéressant que ça dans cette chanson. Ou me dire que c’est musicalement très mauvais pour les autres. J’ai toujours cédé devant le pouvoir d’une voix. Peu importe tout le reste. Alors pourquoi ?

Perception – émotion – mémorisation

Parce que je ne vis la musique qu’à travers l’émotion. Les concerts sont le seul terrain où j’éteins mes pensées. Je n’analyse plus rien. Je ferme les yeux et je l’attends, cette émotion. Et l’émotion, celle qui fait dresser les poils de ton bras, celle qui te tord l’estomac, c’est cette voix que tu découvres. Cette voix qui te susurre des mots doux à l’oreille, ou qui te crie sa rage et son désespoir. C’est elle qui marque ma mémoire bien plus sûrement que n’importe quoi d’autre. Demande-moi de te raconter ma découverte de The Slow Show, demande-moi de te parler de Marlon Williams… Aussi doués et talentueux soient leurs musiciens, je te parlerai de leur voix, et de la claque quand je l’ai entendue. Si tu es vraiment curieux, je pourrai même te dire où, quand, comment, et ce qu’il s’est passé ce jour-là avant et après le choc. La voix a chez moi ce pouvoir (loin d’être magique puisque prouvé par études neurologiques) d’activer ma mémoire flash, ces souvenirs des événements marquants. Oui, la voix marque ma mémoire émotive au fer rouge.

Spectre auditif (ilephysique.net)

Mais au-delà de ce lien émotion-mémoire, on peut toujours se demander pourquoi c’est la voix, et pas un autre instrument, qui procure tant d’émotions. C’est, paradoxalement, sûrement du côté de la physique qu’il faut creuser. Si l’oreille humaine perçoit des sons d’une fréquence allant de 20 à 20 000Hz, les cordes vocales, elles, ne sont capables de  produire des sons que sur une échelle de fréquence de 100 à 1500 Hz environ. Cela surpasse de nombreux instruments, mais pourtant pas tous : le piano par exemple couvre une gamme allant jusqu’au double, et surpasse donc la voix humaine. Mais c’est sans compter d’autres dimensions perceptives de la voix : souffle, raucité, vibrato, timbre, brillance, nasalité… Autant de caractères vocaux qui activent nos récepteurs auditifs et sont impossibles à recréer sur n’importe quel autre instrument. La voix est d’une richesse incomparable, car met en jeu tout notre corps.

The Voice(s)

Alors The Voice, si on en abandonne le principe de jugement, est une émission plutôt intéressante sur ce point-là. Des artistes jouent leur vie sur quelques minutes de leur voix, le meilleur et le plus personnel de leurs instruments. Et même si malheureusement, dans cette émission, il faudra s’estimer heureux de ne trouver qu’une ou deux voix qui t’apporteront cette émotion précieuse, qui te marqueront pour longtemps, qui hanteront tes playlists, on te conseille tout de même de faire attention autour de toi. Ouvre grand tes oreilles, et reste à l’affût. Partout, tout le temps. Oublie le reste. Tes plus grands coups de cœur seront des voix.

La preuve avec une liste d’artistes qui nous épatent par leur voix, et qu’on pourrait écouter en boucle a cappella. Des artistes qu’on reconnaîtrait à des kilomètres à la ronde, juste au son de leur voix. Et qui n’auraient eu aucun mal à faire se retourner les jurés d’émissions de télé-crochet.

 

À LIRE AUSSI :
>>The Voice saison 4 : les premières auditions à l’aveugle
>>C’était un samedi, 21h25, le Kid est parti, reste Clément Verzi

Advertisements

Une pensée sur “It’s all about voices, ou pourquoi on craque sur une voix

Laisser un commentaire