Cinq choses à savoir sur « Bigmouth Strikes Again » des Smiths

HISTOIRE – L’une des plus grandes chansons des Smiths : « Bigmouth Strikes Again » à redécouvrir via cinq anecdotes.

En 1986, les Smiths sortent l’album que le NME a consacré comme étant le meilleur album de rock de tous les temps : The Queen is Dead. D’ailleurs, pour fêter les 31 ans de cet album mythique, le groupe a décidé de faire une surprise que personne n’attendait : un coffret spécial pour le 20 octobre prochain. Dans la boîte magique, on retrouvera une réédition de l’album, un deuxième CD comprenant des Face B et quelques raretés (« Asleep » est dedans, tout comme la reprise de « There is a Light That Never Goes Out ») ainsi qu’un DVD.

Puisqu’on est là, tranquille à discuter des Smiths et de cet album génial (le troisième sur les quatre qu’ils ont sorti avant de spliter), autant parler plus en détail d’une des chansons mythiques qui figure au tracklisting :  « Bigmouth Strikes Again ».

Ann Coates est Morrissey

Petit farceur ce Moz. Il y a des chœurs. Il y a une voix qui semble féminine et répète « bigmouth » dans la chanson. Sur les crédits, cette voix est attribuée à une certaine Ann Coates. Elle n’existe pas. En fait, il s’agit de la voix de Morrissey modifiée via un vocoder. Ancoats, par contre, existe réellement. C’est un quartier de Manchester, berceau des Smiths et de tant d’autres groupes.

Droit de réponse

Morrissey a dit que cette chanson est adressée à la presse. Elle parle d’un mec frustré qu’on ne comprenne pas ses propos, ses blagues (« I was only joking », répète-t-il d’ailleurs) et qu’on lui attribue toutes formes d’accusation. Moz se compare même à Jeanne d’Arc dans la chanson. Il faut dire que le chanteur n’est pas réputé pour garder sa langue dans sa poche et que sa langue, d’ailleurs, il ne la tourne pas beaucoup dans sa bouche avant de parler. « It’s very easy to be controversial in pop music ».

Evolution

Morrissey a fait évoluer un peu sa chanson avec le temps. Le « and her Walkman started to melt » est devenu « and her iPod started to melt », histoire de coller avec les évolutions technologiques. Pour la petite histoire : Placebo qui a repris cette chanson a remplacé « Walkman » par « Discman ».

Les Grandes gueules

Oasis a pompé un peu sur tout ce qui a fait le succès des grands groupes de rock anglais. Les Smiths n’ont pas échappé à la règle. Noel Gallagher s’est beaucoup inspiré de « Bigmouth Strikes Again » pour écrire le titre « My Big Mouth », sur l’album Be Here Now. En même temps, Johnny Marr a avoué que les premières versions de la chanson ressemblaient à « Jumpin’ Jack Flash » des Rolling Stones.

Rebel rebel

 C’est James Dean que l’on voit sur la pochette du single sorti en 1986. Une photo de Nelva Jean Thomas. Morrissey était un huge fan de l’acteur de Rebel Without a Cause. D’ailleurs, il a écrit tout un bouquin sur l’Américain, James Dean is Not Dead. En réalité, le véritable titre du livre était « James Dead Is Not Dean », mais l’éditeur s’est emmêlé les pinceaux au moment d’envoyer le manuscrit à l’imprimerie. Autre hommage à James Dean : le clip de « Suedehead » a été tournée dans le Fairmount, Indiana, à l’endroit même où l’acteur a grandi.

A LIRE AUSSI
C’est l’histoire d’un groupe : The Smiths
« Steven Before Morrissey » : le biopic sur le leader des Smiths sortira en France

Advertisements

Laisser un commentaire