Fink, ceux qui ne déçoivent jamais…

NOUVEAUTÉ – Fink vient de sortir les deux premiers singles de son nouvel album à paraître le 25 octobre. « We Watch The Stars » et « Bloom Innocent » augurent une expérience cosmique et transcendante. Miam !

Il faut des conditions particulières pour pouvoir s’immerger dans un album de Fink. Du calme, de l’introspection, un repli sur soi, et de ce fait nous sommes quelque peu en retard pour annoncer la sortie de ces deux nouveaux titres.

L’alignement planétaire idéal s’est enfin présenté cette semaine, et nous voilà donc parties à la découverte de ces deux nouvelles comètes. Il est très tentant de jouer avec le champ lexical des astres pour parler de ces titres tant l’expérience qu’ils nous offrent est planante et vous embarque loin, loin dans la stratosphère. Mais on ne va pas tenir un article complet comme ça, donc lâchons l’affaire.

Entrons à nouveau dans la transe

Planant et transcendantal, rien de nouveau si on connait déjà Fink. Et c’est tant mieux, car c’est précisément ce que l’on attend lorsque l’on écoute un nouveau titre du groupe britannique. On veut décrocher des considérations de ce bas monde, être transporté dans un morceau de coton, fondre de plaisir et d’émotion. Les cordes de l’intro de « Bloom Innocent » sont tout à fait dans cet état d’esprit : très dramatiques et énigmatiques. S’y greffent ensuite, un piano tout aussi poétique et des sons électros proches du trip hop. Le tout s’entremêle et nous fait doucement monter vers une onde sensuelle.

Cette voix…

« We Watch The Stars » propose dès les premières notes de l’intro la voix du maître, forte, scandée comme un prêche. Et la séduction fonctionne comme à chaque fois, cela ne rate jamais. Par le passé, le groupe a souvent flirté avec le gospel et les harmonies de voix ici nous rappellent ce genre si fort en émotion. Puis les instruments reprennent le dessus et le voyage peut débuter.

Fermez les yeux et partez dans une rêverie mi-mélancolique, mi-souriante. Il y a tellement de lumière dans la musique de Fink, que malgré la nostalgie qui semble parfois s’échapper de certains textes, la corde sensible sur laquelle les chansons viennent tirer, vos tripes sont certes chavirées mais pour en sortir doucement, soignées et apaisées. L’obscurité n’est là que pour créer l’intimité, pas pour vous plomber le moral.

Un album attendu

Si ces deux premiers titres sont à l’image de l’album Bloom Innocent à paraître le 25 octobre, on peut d’ores et déjà assurer que le charme opérera sur nous à nouveau. Fink fait partie de ces groupes qui ne quitte jamais nos playlists, tant il est doux de pouvoir se faire réconforter par une plongée dans son univers.

Il n’y a pas de tristesse qu’ils ne puissent guérir, pas d’émotion qu’ils ne puissent sublimer. Nous comptons donc sur Bloom Innocent pour être l’album de notre année. Fin Greenall est en tournée en solo, Rocknfool était à Montréal pour l’écouter, il sera à Paris au Trianon le 14 novembre et vous ne pouvez rater ça. 

Crédit photo : Jens van der Velde

Advertisements