Les Local Natives sont de retour avec Sunlit Youth !

Pour l’été indien qui se profile voici l’album parfait. Le Local Natives nouveau est différent, et de ce fait ne séduira pas tous les fans, mais il est pourtant très réussi si on accepte que le changement, c’est maintenant !

localnatives_1-10-14

Comme le laissaient présager les premiers titres extraits de ce nouvel album, les Local Natives ont pansé leurs plaies et continuent leur chemin d’exploration vers des sentiers plus électroniques. Ils semblent laisser de côté pour un temps leur tribalité, leur rock indé, pour expérimenter d’autres possibilités synthétiques.

Hummmingbird nous avait déjà surpris car la joie de vivre de Gorilla Manor avait laissé place à l’introspection et à la nostalgie. Sunlit Youth signe leur retour sous le soleil, la légèreté et l’insouciance. C’est un album qui n’a jamais aussi bien porté son nom: jeunesse éclairée par le soleil ! Le groupe de Los Angeles a toujours été fier de sa ville, elle est cette fois ci le décor de leurs titres, jeune, moderne, écrasée de chaleur éternellement estivale. En plus de l’énergie du soleil, les harmonies des voix de Kelcey et Taylor sont toujours aussi présentes, au service de très positifs titres tubesques. C’est en effet la rapidité d’incrustation d’un refrain dans votre cerveau qui augure le succès d’une chanson non ? Dès la deuxième écoute, l’incantatoire refrain « we can do whatever we want » de « Foutain of Youth » devient un hymne prégnant. « Past Lives » serait presque taillée pour les stades, et la seule chanson qui ramène vraiment au style passé du groupe : définitivement une de nos préférées.

Si vous voulez redescendre après l’énergie offerte par « Villainy » ou même l’improbable « Mother Emanuel », « Jellyfish » et son ambiance planante, quasi Caraïbes vous séduira. « Coins » que nous avions déjà eu l’occasion de vous présenter ici, ou « Ellie Alice » vous encourageront même à tomber la chemise (et plus si affinités) et à vous glisser sous la couette. La sensualité est une nouvelle corde à l’arc des Local Natives et c’est plutôt très séduisant.

La fan de la première heure qui vous parle sait déjà que Sunlit Youth ne sera peut-être pas un album refuge comme l’est encore Gorilla Manor mais pour la route, les jours de blues, et surtout en live, il fera tout à fait le job !

À LIRE AUSSI >> Local Natives : Hummingbird est une célébration cathartique (interview)

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.