Don’t mess with Clara Luciani!

CLIP DU JOUR – La grenade, ce titre lourd de sens, interprété avec toujours beaucoup d’intensité par Clara Luciani sur scène a enfin son clip, et il est bien beau.

Tiens, toi aussi tu te disais que ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu de nouvelles de notre adorée Clara Luciani ? Et bien elle revient en grande pompe en 2018 avec la sortie du clip « La grenade », qui annonce un album pour le printemps.

C’est tout nouvellement arrangé que ce titre est enregistré. Un tempo assez rapide et des basses disco, la jeune femme qu’on avait l’habitude de voir seule avec sa guitare sur scène, prend catégoriquement le tournant de l’arrangement en groupe, et c’est réussi.
Un décor sobre accueille la jeune femme et ses musiciens.L’image est élégante et simple : une scène, plongée dans le noir, avec quelques lumières dorées comme seuls éclairages, et le groupe qui joue. Regards face caméra, Clara Luciani s’adresse à nous : « je suis aussi vorace, aussi vivante que toi, sais-tu que là sous ma poitrine une rage sommeille, que tu ne soupçonne pas ».

Sous mon sein, la grenade

Dans le contexte actuel de mise en péril du droit le plus évident (celui de ne pas se faire importuner, indeed), elle met en garde ceux qui pourraient la considérer fragile et insignifiante. Son regard conquérant, fier et assuré, ne laisse aucun doute, elle est capable de tout.

« En écrivant cette chanson, je voulais exprimer que derrière le fantasme rassurant de la femme-madone, que derrière la rondeur, la douceur du sein qui est le symbole suprême de la féminité et de la fécondité, pouvaient se cacher une rage de vivre, une force et une violence égales ou supérieures à celles des hommes. Il faudrait penser à abolir cette vision de la femme que beaucoup ont encore aujourd’hui : non, nous ne se sommes pas de pauvres petites poupées vulnérables et muettes. »

 

► Clara Luciani sera à la Gaîté Lyrique le 11 octobre. Son premier album est attendu pour avril.

À LIRE AUSSI >>
MaMa 2017 : Clara Luciani, Theo Lawrence & The Hearts, Lysistrata, Cabadzi, retour sur la première soirée
Clara Luciani : « Je ne crois pas trop au mythe du poète maudit »

Advertisements

Laisser un commentaire