Eric Charland lance fièrement son 2e EP au Verre Bouteille

LIVE REPORT – Le Verre Bouteille accueillait un public bienveillant et chaleureux venu fêter le lancement du 2e EP du Montréalais Eric Charland. 

Les trottoirs sont glissants lorsqu’on rejoint le Verre Bouteille sur Mont-Royal. Les rues sont plutôt vides par rapport à l’effervescence habituelle du Plateau. Les rideaux sont tirés du côté du Verre Bouteille lorsque l’on s’y introduit ce dimanche soir. Eric Charland s’y produit pour le lancement de son deuxième EP, La Tristesse n’est qu’une saison, après s’être fait remarquer avec un beau et mélancolique premier EP éponyme au piano.

Conteur contemporain

C’est avec quatre enthousiastes musiciens (guitare, batterie, basse et chant/accessoires) que le jeune Montréalais monte sur la scène parsemée de plantes et de lampions chinois. Veste patchée, bandana noir autour du coup et sourire bien visible, Eric Charland interprète joyeusement les titres de son nouvel EP, de la très sensuelle « Petite Mort » à la plus dansante « Éphémère » en passant par le titre qui a donné son nom au disque, « La tristesse n’est qu’une saison ». Sautillant derrière son synthétiseur, parfois à la guitare, Eric Charland est de cette génération des conteurs contemporains, un Peter Peter muté avec un Pierre Lapointe. Un newcomer pour qui les jolies mélodies et les textes honnêtes en français n’ont pas de secrets. Un jeune artiste à l’aise derrière son clavier, qui va tenter de justifier sa reprise de « The Sound » des 1975 en surprenante ballade épurée avant de se raviser rieur, « c’est mon lancement, je fais ce que je veux ! ».

Petite-Vallée dans les pensées

Le Verre Bouteille est également ravi de réentendre les anciennes chansons de l’artiste, superbe et touchante « L’homme vide » en guitare-voix ou la très Michelbergesque « Je n’irai pas », chanson pour laquelle Eric Charland a remporté le prix SOCAN du Festival en chanson de Petite-Vallée à l’été 2015. La moitié des bénéfices gagnés ce soir-là seront d’ailleurs reversés au Théâtre de la Vieille Forge de Petite-Vallée, ravagé par le feu en août dernier. Une belle cause, un beau retour d’amour. La soirée se finit par un rappel plus rock, une partie du public s’est levé, conquis et échauffé, tandis que les riffs de guitare de « Reste avec moi » nous font onduler encore bien après la fin de la soirée.

En concert le 1er février au Café culturel de la Chasse-galerie à Lavaltrie.

Écouter l’EP sur Deezer :

Advertisements