Current Swell et Carmanah, des festivités venues de l’Ouest

LIVE REPORT – Dimanche soir le Ritz PDB accueillait Carmanah et Current Swell. Une soirée folk, rock et festive.

Le Ritz PDB était bien plein dimanche pour la double affiche anglophone de la soirée. Sous la boule à facettes illuminant la salle, c’est d’abord Carmanah, venu de l’île de Vancouver, présentait ses titres folk et trad, avant de laisser la place à Current Swell, très attendu d’un public déjà fan.

Carmanah, folk, trad et bonne ambiance

La soirée commence sous le signe du flower power avec le groupe Carmanah. Une batterie, une basse, une guitare, un clavier entourent la chanteuse lead (aussi guitariste), Laura Mina Mitic, et la chanteuse choriste.

On retrouve dans les compositions des accents de blues, de folk sixties et de musique traditionnelle, notamment lorsque la chanteuse prend le violon. Le groupe joue les titres de Speak in Rhythms, leur dernier album paru en février 2018 et présentent aussi une nouvelle chanson, « Here Goes », dont les percussions et les arrangements vocaux sonnent un peu oriental.

Pat Ferguson, guitariste, prend le micro pour chanter en duo la belle chanson d’amour « Red Wine Gasoline ». Le groupe joue également un joli mashup des Beatles en enchaînant l’hypnotique « Because » suivie de l’endiablante « Don’t Let Me Down ». Et avant de quitter la scène sur « Burn Slowly », le groupe nous joue un morceau de musique traditionnelle du Nouveau-Brunswick permettant au violon de déchaîner ses talents de vélocité. Après ça, la salle est bien chaude pour accueillir Current Swell.

Setlist : Roots / Crying / Here Goes / Love is Good / Red Wine Gasoline / Nightmare / Send It to Me / Because – Don’t Let Me Down (The Beatles) / Fiddle / Burn Slowly

Current Swell, plus rock que folk

Les garçons de Current Swell montent sur scène sous les acclamations du public euphorique. Le band a changé depuis la dernière fois où nous les avions vus (en 2012 !). Dans leurs valises, trois albums supplémentaires. Scott Stanton, chanteur, est le seul rescapé (provisoirement), entouré de cinq musiciens, dont deux cuivres de part et d’autre de la scène. Ça punch !

Le groupe joue les titres d’anciens album chantés par le public, « Long Time Ago », « Young and Able », ou « Too Cold » avec sa jolie percussion sur le cercle de la caisse claire, mais aussi quelques titres du dernier album dont l’éponyme « Buffalo ».

Au fil du spectacle, Scott passe de la guitare électrique à la guitare jazz. Certains titres sont joués à la guitare qu’il pose sur ses genoux et caresse de son bottleneck, notamment l’addictive « Cursed ». Le public apprécie tout particulièrement ces séquences plus roots.

A LIRE AUSSI >> On y était : Current Swell au Divan Orange

Le groupe ne nous paraît pas très loquace ce soir-là, on les sent un peu fatigués. Mais Stanton prend tout de même le temps de nous expliquer l’histoire de « Marsha » qu’il a écrite à la suite du décès de sa mère d’un cancer du sein lorsqu’il avait 16 ans. Touchant.

Le show est assez rock ce soir, à l’image notamment de « Rollin », qui met le public dans un état de surexcitation. Avant de quitter la scène, les garçons invitent Carmanah à jouer « Bring it on Home » tous ensemble. L’Ouest n’a pas à démériter, on irait bien y refaire une petite virée.

Texte : Jeanne Cochin – Photos : Emma Shindo

  • « Apart » de LÉON ou l’art de sublimer la rupture
    CHRONIQUE – Profiter de la pandémie et d’une séparation pas facile pour écrire un nouvel album. C’est le pari de la Suédoise LÉON, qui a sorti « Apart », un deuxième album assez bouleversant. On l’écoute en boucle depuis sa sortie fin octobre 2020. Cet album de LÉON on l’attendait avec impatience après avoir découvert les singles
  • « Tako Tsubo » : le cœur de L’Impératrice a ses raisons
    NEWS – « Tako Tsubo », le deuxième album de L’Impératrice vient d’être annoncé. Les Parisiens en ont profité pour dévoiler le clip de « Peur des filles ». Cela fait plusieurs semaines que l’on voit L’Impératrice s’activer sur leurs réseaux sociaux. Le groupe parisien vient enfin de lâcher la bonne nouvelle. Un peu moins de deux ans après
  • Rattrapage : 5 « tounes » québécoises qui font du bien à l’âme
    DANS NOS OREILLES – Heureusement qu’il y a encore la musique dans nos oreilles en ce début de nouvelle année. Direction le Québec ! On écoutait ces chansons avant Noël mais on n’avait pas encore pris le temps de vous en parler. Rattrapage en bonne et due forme avec 5 « tounes » qu’on aime et qui
  • La rétrospective 2020 de l’équipe
    BILAN – Meilleur album, meilleure découverte, meilleur concert et déception, on vous dit tout de notre année musicale 2020. On n’est pas du genre à mentir. Mais rassembler nos forces pour vous écrire cette rétrospective n’a pas été des plus faciles pour certaines. Parce que comme beaucoup d’entre vous, on a hâte de tirer un
  • Wesley Schultz, la voix des Lumineers et ses « Vignettes »
    CHRONIQUE – Si pour vous, rien de tel qu’une belle musique folk pour faire oublier tous vos tracas, pour pleurer d’émotion de manière cathartique, alors Wesley Schutlz a ce qu’il vous faut avec ses dix Vignettes. Il n’y a pas de plus grand bonheur aux yeux d’un amoureux de folk que de sentir les larmes
Advertisements