Erreur de la base de données WordPress : [UPDATE command denied to user 'rocknfoomcrocknf'@'10.10.100.64' for table 'wp_options']
UPDATE `wp_options` SET `option_value` = '1638509753' WHERE `option_name` = 'wp_statistics_check_user_online'

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT, UPDATE command denied to user 'rocknfoomcrocknf'@'10.10.100.64' for table 'wp_options']
INSERT INTO `wp_options` (`option_name`, `option_value`, `autoload`) VALUES ('_transient_doing_cron', '1638506153.5728080272674560546875', 'yes') ON DUPLICATE KEY UPDATE `option_name` = VALUES(`option_name`), `option_value` = VALUES(`option_value`), `autoload` = VALUES(`autoload`)

Robert Robert et Sophia Bel à Laval : un plateau double festif

Robert Robert et Sophia Bel à Laval : un plateau double festif

LIVE REPORT – Passage sur la rive nord pour les concerts de Sophia Bel et Robert Robert à la salle André-Mathieu de Laval. On vous raconte.

Même si l’été est bien installé à Montréal, rares sont les occasions d’assister à des concerts et des festivals. Eux qui envahissaient habituellement les rues de la ville à la belle saison. Un tour par la salle André-Mathieu de Laval et ses conditions de concert optimales semblait tout indiqué. Programmation pop-électro ce soir-là avec Sophia Bel et Robert Robert. Ce que le combo Montréal + hype fait de mieux.

Les retrouvailles avec Sophia Bel

Sophia Bel et nous, ce sont finalement des rendez-vous estivaux, entre deux vagues de pandémie. Découverte l’année dernière sur la scène de la Plage musicale au Pied-du-courant, Sophia Bel a définitivement pris de l’assurance scénique (bien qu’on ne soit pas sur du Hubert Lenoir, entendons-nous). Les conditions d’une salle de concert feutrée au son léché et aux lumières impeccables semblent bien mieux adaptées à son projet.

En trio (avec Christian Sean et Laurent St-Pierre), Sophia Bel propose un show mixte. Elle varie entre titres de ses deux EP qu’elle maîtrise (“Only In My Dreams” en entrée de jeu, “Don’t Forget”, “In My Mind”, “Voyage astral”) et profite de l’occasion pour essayer de nouvelles chansons dans cette salle “chaleureuse”. Il se trouve que pendant le confinement, elle a beaucoup écrit avec sa guitare acoustique. Un album “s’en vient” lâche-t-elle prudente, mais souriante.

Pop is not dead

Après une reprise de Madona, dont les paroles semblent toujours autant d’actualité (“What If Feels for a Girl”) elle interprète la nouvelle “Lonely After Curfew”, très Cranberries vibes dans la mélodie. Les influences nineties de l’artiste se font ressentir jusque dans les structures des chansons, leurs modulations de tonalité et les “yeah yeah yeah” qu’elle insère de temps à autre. Ça passe crème. Les auspices sont plus que favorables pour un rétablissement du statut de la pop radiophonique.

Si on pourrait souligner un léger manque de prestance dû à une timidité certaine, il y a quelque chose d’extrêmement touchant dans l’attitude de Sophia Bel, qui alterne entre le devant de la scène, seule avec son micro, son synthé et sa guitare. On la voit prendre vie dès qu’une chanson démarre, paupières closes, main expressive et balancements. Le show se clôture sur “I Don’t Need My Space” (le bébé d’Avril Lavigne et Paramore) et l’efficace “You’re Not Real You’re Just a Ghost”. Affaire à suivre.

En concert le 4 septembre au FME.

Robert Robert : de Villeray à Laval

On avait hâte de découvrir Robert Robert en concert, après avoir saigné son dernier album Silicone Villeray (Chivi Chivi). Précisons qu’il s’agit du premier album sur lequel il appose sa voix, et raconte des bouts de vie. En français, of course.

Si tu as aimé l’album, tu devrais aimer le spectacle. Puisque, sans surprise, l’électro-pop de cet “ex-DJ” se transpose à l’identique du studio au live. Accompagné d’Emmanuel Vallières (Foreign Diplomats) à la batterie et de Jeanne Gagné (MoKa) à guitare-synthé, il faut quelques titres à l’artiste pour paraître plus à l’aise et s’éloigner de ses claviers plus spontanément.

Des gens qui font la fête

Plongée intégrale dans l’album, de “L’été je m’ennuie”‘ en introduction à “La nuit se plaindre” en rappel. Pas de grosses surprises, pas de ratés non plus. Léger bémol sur la justesse de la voix qui n’est pas toujours au beau fixe. Cela ne gêne pas tant que ça dans ce chanter-parler de Robert Robert qui semble prendre du plaisir à sa performance, et tente d’aller chercher le public disséminé à travers cette grande salle.

Le public d’André-Mathieu finit par se lever sur les premières notes de “Les gens”, clairement l’hymne québécois de l’été. Un “fais-nous danser !” est crié depuis le public pour un rappel, rapidement accordé par l’artiste. Mission accomplie, Laval est debout.

En concert le 19 août avec Hologramme pour le Festival MURAL à Montréal (autres dates).

Photos : Emma Shindo