Erreur de la base de données WordPress : [UPDATE command denied to user 'rocknfoomcrocknf'@'10.10.101.16' for table 'wp_options']
UPDATE `wp_options` SET `option_value` = '1638581558' WHERE `option_name` = 'wp_statistics_check_user_online'

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT, UPDATE command denied to user 'rocknfoomcrocknf'@'10.10.101.16' for table 'wp_options']
INSERT INTO `wp_options` (`option_name`, `option_value`, `autoload`) VALUES ('_transient_doing_cron', '1638577958.8631880283355712890625', 'yes') ON DUPLICATE KEY UPDATE `option_name` = VALUES(`option_name`), `option_value` = VALUES(`option_value`), `autoload` = VALUES(`autoload`)

Gab Bouchard et Thierry Larose à Laval : la relève est si belle

Gab Bouchard et Thierry Larose à Laval : la relève est si belle

LIVE REPORT – Passage obligé à la salle André-Mathieu pour la soirée réunissant Gab Bouchard et Thierry Larose. Deux artistes qu’on adore dont les premiers albums sont remarquables.

Dans le genre affiche parfaite, impossible de passer à côté du concert de Thierry Larose et Gab Bouchard à la salle André-Mathieu de Laval. Niveau ex-talents émergents confirmés par un premier album absolument génial, on est plus que bien.

Enfin Thierry Larose !

Thierry Larose ouvre le bal. On l’avait manqué lors de son lancement d’album à la Tulipe. Hors de question de retarder encore le moment d’entendre en live Cantalou, l’un des meilleurs albums de l’année.

“All the Things She Said” en intro pour nous rappeler nos années collège et nos premiers émois. Le décor est planté, ça sera un set plein d’ironie bon enfant, comme ce “merci Stade olympique !” lancé à la salle André-Mathieu. “Club vidéo” pour démarrer les festivités en beauté, suivi de “Rachel” et “Cantalou”. Ça part fort avec ces trois titres phares de l’album. D’autant plus que les adaptations live des chansons sont plus rock-grunge que les (néanmoins très bons) arrangements plus pop du studio.

Les galons et les nouvelles tounes

Thierry a pris du galon sur scène, lui qui pouvait parfois sembler timide quand on le voyait. C’est le passé n’en parlons plus. Entouré de Marie-Claudel (guitare et chœurs), Sam Beaulé (basse) et Charles-Antoine Olivier (batterie) le voilà qui revisite même sa ballade folk “L’île-à-vingt-cinq-sous” en lui saupoudrant une saveur rock et en faisant traîner sa voix (peut-être un peu fatiguée par la tournée). On aperçoit même quelques petits pas de danse lors de la “fanfiction pour Réjean Ducharme”, soit sa “Chanson pour Bérénice Einberg”.

Le futur album numéro 2 est déjà dans les esprits, puisque le Québécois nous fait l’honneur de deux nouvelles chansons : “Demain, demain” et “Portrait de la Marianne” (titre à définir). Deux chansons d’amour. La seconde, plus longue, est dotée d’un texte particulièrement fin et recherché. Le deuxième LP s’annonce savoureux ! Pour finir son set, l’énergie du rock s’empare du groupe avec l’enchaînement “La vie ne vaut d’être vêtue”, “De la perspective d’un vieil homme” et “Les amants de Pompéi” à laquelle le public joint sa voix. Cette dernière vient d’ailleurs de remporter le prix de la chanson Socan 2021. On est gâté et heureux !

Gab Bouchard, le talent par excellence

Place à Gab Bouchard, qu’on était déjà allé applaudir lors de sa série de concerts à La Tulipe en mai dernier. Quel plaisir de le voir sur scène défendre son album Triste pareil paru début 2020. Et quel album !

Pour son 1er concert à Laval (il n’est plus bien sûr), il a revêtu son beau costume et ses bottines en daim. À ses côtés, l’équipe habituelle (Marie-Claudel à la guitare, Pierre-Olivier Gagnon à la basse, Mathieu Quenneville aux synthés) et Charles Guay en remplacement provisoire de Victor Tremblay-Desrosiers à la batterie.

Malgré quelques petits cafouillages de calage, le show démarre sur les chapeaux de roues avec “L’hiver se meurt” et “Tête vide”. Heureusement, Gab Bouchard est plein de ressources humoristiques. Il fait vite tomber sa veste (littéralement) après nous avoir raconté une anecdote sur ses roches (cailloux) oubliées des Îles-de-la-Madeleine où il a passé quelques jours cet été.

L’efficacité de ce spectacle n’est plus à prouver. Les chansons sont super bonnes et les arrangements leur font honneur sans les dénaturer de leur tonalité rugueuse. On sent, cela dit, un peu de cette fatigue de tournée estivale chez le Québécois qui tente cependant de ne rien laisser paraître.

Rock triste, rock cool

Une séquence piano-guitare-voix en milieu de set vient nous achever émotionnellement. Accompagné de Mathieu, son “p’tit jazzeux préf” aux doigts de fée, Gab Bouchard interprète “Triste pareil”. Il l’enchaîne à une nouvelle (superbe) chanson aux tonalités jazzy vraiment pas gaie. “C’est cool” (titre à définir) se place dans la lignée des titres de rupture de son album. Avouons-le, il y a peut-être eu quelques larmes.

Gab l’annonce clairement juste après, un nouvel album arrive en 2022 mais ne s’avance pas encore sur la date. Une autre nouvelle chanson est interprétée lors de la “partie du spectacle qui ne s’arrête plus”, en prime de “Roses” et de la reprise de “Femme de rêve” de Claude Dubois qu’il nous avait fait découvrir lors de son show à la Tulipe. Et comme annoncé, Gab Bouchard et son band s’en vont sur “un gros high”, soit “Une valse pour toi” qui reste assurément et ce depuis le jour 1, ma chanson préférée de cet album incroyable.

Photos : Emma Shindo