Deprecated: sanitize_url est obsolète depuis la version 2.8.0 ! Utilisez esc_url_raw() à la place. in /home/rocknfoomc/www/wp-includes/functions.php on line 5211

Francouvertes : Rau_Ze remporte la grande finale au Club Soda

LIVE REPORT – Enfin de retour au Club Soda après deux ans de pandémie, la grande finale des Francouvertes a vu le couronnement de Rau_Ze pour sa 26e édition.

Une dernière soirée à l’image de la chaleur exceptionnelle qui plane sur la ville de Montréal depuis quelques jours déjà. La foule agglutinée aux portes du club SODA à l’ouverture est électrique et promet une soirée mémorable. À l’honneur pour cette vingt-sixième finale : les deux portes-paroles des Francouvertes 2022, à savoir l’énigmatique Lydia Képinski et l’envoûtant Vincent Roberge des Louanges. La salle affiche complet pour ce qui se présente comme un rendez-vous musical incontournable de la scène émergente québécoise.

Ouverture par Lydia Képinski suivie des Louanges. Après les traditionnelles présentations des termes et conditions du concours, c’est Lydia Képinski qui se charge de réchauffer la salle en introduisant son dernier album Depuis. Davantage posée mais non moins puissante, sa voix ne manque jamais de nous saisir entre deux envolées de synthétiseurs plus techno beat que pop d’ailleurs. Elle sera très vite rejointe par Vincent Roberge des Louanges pour un spectacle d’une très grande sensualité au cours duquel le duo dansera collé-serré sur une rythmique de club en fin de soirée. Le retour à la poésie des Louanges (“Facile”) calmera le jeu et c’est plutôt bienvenu… il faut savoir en garder pour la suite !

L’aisance déconcertante d’Émile Bourgault

Émile Bourgault brise la glace, accompagné de ses trois musiciens-acolytes-antistress (c’est lui qui le dit) qu’il remerciera d’ailleurs dès les premières notes. On ne peut passer à côté de la grande complicité qui unit les quatre artistes. Leur énergie débordante et leur maîtrise technique impeccable se confirment au cours de cette troisième rencontre dont les rouages semblent parfaitement huilés.

Émile Bourgault joue son rôle de bête de scène, jeune poète tiraillé et infatigable touche-à-tout avec une aisance déconcertante. Le show coule, alternant remous et douceur, rock catchy et piano mélodique, humour et aveux plus sombres, et – surprise – intégrera deux nouveautés parmi les morceaux déjà présentés lors des Francouvertes. Il n’y a pas à dire, si le style musical nous rejoint que partiellement, Émile Bourgault et sa gang ont tout pour percer sur la scène québécoise !

Classement : troisième position du concours

Rau_Ze frise la perfection

Après une pause, Rau_Ze embarque avec son groupe dont – ça ne pouvait nous échapper – il manque l’éblouissante Violet Hébert (trompette). Mais la rage de Rose Perron et le talent indéniable des quatre autres musiciens suffisent à combler le vide de cette absence et la foule ne tarde pas à se lever pour onduler en rythme des sonorités groovy, entre jazz et soul, de la formation montréalaise.

Le show se distingue par ses envolées de jam sur lesquelles Rose Perron fait rouler sa voix divinement rocailleuse allant jusqu’à s’essayer au skat, et ça fonctionne. Tellement bien que la foule en liesse hurle au rappel (ce qui est interdit dans le cadre d’un concours musical, faut-il le rappeler). Un show frisant la perfection si ce n’est le regret de l’absence d’interaction avec le public (dû au stress ?) et la non-présentation des musiciens sur scène.

Classement : première position du concours

Hôte envoûte le Club Soda

Passer après deux prestations si parfaitement exécutées n’est pas mince affaire et c’est le défi auquel se trouvera confrontée la formation Hôte, chargée (en plus) de clôturer cette vingt-sixième édition des Francouvertes. On retrouve le DJ set bien rôdé du projet mené par Marc-André Dupaul qui se montre plus assuré et confiant qu’aux précédents shows. Les rythmiques marquées par le talentueux Alexandre Crépeau aux drums ne laissent pas indifférent.es et ajoutent un côté catchy aux loops planantes qui semblent envoûter le public agglutiné aux bords de la scène.

On reste (encore) sceptique quant aux effets de voix dont use et abuse le chanteur dans ce projet qui peine à nous convaincre, malgré son positionnement en deuxième place du palmarès.

Classement : deuxième position du concours

Texte : Elise Denis / Photos : Emma Shindo