On a regardé : Alcaline spécial Julien Doré

« Cool, rock, déviant »

Voilà comment Raphael décrit Lou Reed en ouverture d’émission avant de confier qu’en l’ayant vu en concert, il l’avait trouvé chiant. Ca c’est dit. On se questionnera juste sur le choix éditorial de capter Raphael pour commenter le décès de Lou Reed ? Bref.

On passe rapidement à Julien Doré. Toujours autant bizarre d’entendre cette voix-off qui ne permet à l’artiste interviewé de poser son regard, très frustrant. Très étrange également ces deux verres d’eau posés sur la table, alors que le siège est bel et bien vide en face d’un Julien Doré propret, tiré à quatre épingles. Chic !

La chose la plus folle qu’il ait fait ? « J’escalade tout ce que je trouve » et nous on s’en souvient, lui aussi : son concert à l’Olympia. C’était assez fou d’ailleurs.  Avant de poursuivre : « la première à m’engueuler c’est ma mère« . C’est ça les Mamans, les voix de la raison. On apprend aussi que « Femme que J’aime » de Jean-Luc Lahaye est une chanson que Julien Doré aime bien. Et il en parle avec un petit sourire en coin. Julien Doré en interview c’est  sans langue de bois et franchement sympa.

1452317_585576854824999_2090254550_n

Puis on passe au live. Très « hermétique ». Un son de studio, trop propre pour une fois. Paris-Seychelles live c’est l’exact bande du single. Un peu le même combat pour « Kiss Me Forever » et « Hôtel Thérèse« . Dommage dans un tel cadre.

Petit point album-promotion avec des explications sur le titre de son dernier album LØVE à prononcer « louve », qui veut dire « lion » en danois et en norvégien si vous ne le saviez toujours pas. Voilà le point linguistique. Mis à part ça, entre le Lion de cet album et le caniche du premier, forcément ça parle d’animaux « toujours présents dans mon travail, c’est quelque chose d’important pour moi« . On l’aura compris.

On ne peut pas vraiment parler de naturel dans cette émission.  Julien Doré qui reprend Femme Like U dans sa loge aménagée au ukulélé c’est cool, mais on a du mal à croire au naturel de cette mise en scène.  Quelques infos animaux sur Julien Doré pour les curieux. Son animal préféré c’est le lion – promo oblige. Il voudrait se réincarner en mouette « pour pouvoir chier sur deux ou trois cons ». Il est végétarien, alors il est plus corne de gazelle que tête de veau. On en convient. Enfin il préfère nettement « La Corrida » de Francis Cabrel qu’il affectionne tout particulièrement à « L’Aigle Noir » de Barbara. Francis quoi. On remarquera qu’il imite très bien Francis, le sud n’est jamais loin.

Et puis ça parle cheveux et de frisottis sur les tempes : « capillairement je me cherche. Là j’ai opté pour une queue de cheval demi-chignon c’est ma part de féminité j’ai conscience que je me cherche encore dans cette zone là« .

Grosse blague quand on demande à Julien Doré s’il connaît « Alt-J ». Oui merci bien il n’est pas inculte. On demande ensuite pour finir à Julien Doré de choisir un clip qu’il souhaite regarder. Il choisit Evanescence malgré ses potes musiciens qui risquent de lui remonter les bretelles. ll faut dire que « Bring me to life » était une chanson assez fat. Sur le clip il commentera : « là elle a de la douleur dans le lit » en parlant de la chanteuse puis « c’est vrai qu’il y a un mec qui chante » lors de l’écoute du refrain. Enorme. Ce qu’on retiendra finalement c’est l’aisance et l’élégance teinté d’auto-dérision de Julien Doré.

Et puis après les remerciements de rigueur, Julien Doré s’en va en pas chassés. Comme un seigneur.

Pour regarder l’émission, cliquez par ici !

(c) Yann Orhann

Advertisements

Une pensée sur “On a regardé : Alcaline spécial Julien Doré

  • 3 novembre 2013 à 23 h 14 min
    Permalink

    Julien Doré préfère Platini à Lou Reed. A priori nous n’avons pas les mêmes goûts.
    🙄

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.