On a écouté : « Ouh là là » de Juniore

CHRONIQUE D’ALBUM – Qu’il est bon de retrouver la voix d’Anna Jean et la musique pop-sixties des trois filles. Ouh là là, le premier album de Juniore sort le 3 mars ! 

Plusieurs singles, un EP, une compilation… depuis 2015 Juniore n’arrête pas. Le groupe sort régulièrement de nouveaux titres tout en sillonnant les routes de France. C’était donc avec patience et impatience qu’on attendait la sortie d’Ouh là là. Avec Anna Jean à sa tête et produit par Samy Osta (La Femme, Feu! Chatterton, Rover), l’album ne pouvait être qu’une petite pépite, et on n’est pas déçu.

Juniore c’est trois filles : Anna Jean au chant lead et à la guitare, entourée de deux choristes Agnès Imbault aux claviers et Swanny Elzingre à la batterie. Trois filles habillées de noir, accompagnées depuis peu sur scène par la chose : effrayante caricature de la Mort jouant de la basse.

Juniore Ouh Là LàOuh là là, premier album du groupe, respire la chanson à la Françoise Hardy, les sixties, la fausse naïveté et la mélancolie. Le look à la garçonne et l’imagerie en noir & blanc apportent une touche badass et mystérieuse. On avait aimé les illustrations ornant les EPs et accompagnant le groupe depuis trois ans. La créativité d’Anna Jean a encore frappé, apportant une touche de couleur sanguinaire cette fois-ci à la cover de l’album. On est prévenu, Juniore n’est pas là pour jouer les fleurs bleues.

Mystérieuse est également la musique. Parfois un peu western avec les reverb’ de guitare et les rythmiques boogie-woogie, les titres sont aussi fantomatiques dans « Difficile » où on imagine débarquer un Frankenstein yé-yé.
Juniore manie les chœurs à merveille, offrant un tableau nocturne et féérique dans « Ça balance ». Évidemment très sixties dans « Le cannibale », on est projeté dans le film La Boum. Rendant presque qu’hommage aux années 1960 avec « En retard », un titre qui s’inscrit directement dans la lignée de Jacqueline Taieb et de son « 7h du matin ». L’album se termine par des rêves de voyage avec « En cavale ». Un voyage dans le temps donc mais aussi dans un monde merveilleux où la femme est au cœur des considérations.

Les textes, faussement naïfs nous racontent les femmes beaucoup, mais aussi l’indécision et l’immobilisme, avec « Antoine » à qui Juniore chante « tu veux pas, (…) tu ne sais pas » ; ou avec « Tu vas, tu viens » où le conseil avisé est « tu verras, tu verras bien, tu verras bien demain ».
On a bien hâte de voir les lendemains en compagnie de Juniore, ça promet d’être ouh là là !

Ouh Là là, sorti le 3 mars 2017 (Sony Music).

À LIRE AUSSI >> Route du rock 2017, collection hiver : Juniore, Barbagallo, Goat Girl et Teenage Fanclub

► Juniore sera en concert le 21 mars à La Boule Noire.

Advertisements

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire