Deprecated: sanitize_url est obsolète depuis la version 2.8.0 ! Utilisez esc_url_raw() à la place. in /home/rocknfoomc/www/wp-includes/functions.php on line 5211

Route du rock, édition hiver 2022 : c’est enfin reparti !

FESTIVAL – 2022 sera probablement l’année de la fin du monde. Mais avant ça, on va pouvoir en profiter pleinement avec le retour de la Route du Rock dans toute sa splendeur d’antan !

Ca faisait un bail qu’on n’avait pas vu de programmations aussi rock’n’roll dans les festivals français annoncés pour cette année. Revanche sur la vie de ces deux dernières années ? Besoin viscéral de gueuler sa verve, de handbanger en totale liberté ou juste heureux hasard des tournées de nos artistes préférés ? On ne sait pas, mais on ne chipote pas.

Un samedi anglo-saxon pour le côté rock

La Route du Rock inaugure pour nous les festivals de 2022 avec la palme d’or de la soirée la plus parfaitement post-punk prévue pour samedi 12 mars à La Nouvelle Vague. Pour preuve, on y retrouvera Shame, nos préférés, nos chouchous, ceux qu’on a vu pour la première fois au même endroit il y a 5 ans exactement, avant même l’enregistrement de leur premier album. Ils reviennent donc ici en terrain conquis mais avec un statut tout différent, puisqu’ils comptent aujourd’hui parmi les grands groupes du post-punk (si cela veut encore dire quelque chose) qui embarquent tout le monde sur leur passage.

Dans leur sillon, les anglais de Folly Group, dont les titres et l’EP “Awake and Hungry” avait fortement réveillé nos envies de découverte les 2 dernières années. Eux sont aux confins de l’univers post-punk dans lequel on tente de les placer, avec leur amour des percussions plus que des guitares. Même constat pour English Teacher, ce jeune groupe anglais qui n’a toujours pas sorti d’EP (prévu pour avril), qu’on classe dans la veine post-punk mais qui n’entend pas vraiment y rester, tant les envies d’expérimentation prédominent. Ces groupes seront accompagnées également à l’affiche de Sinnead O’Brien et Anika, deux artistes aux univers originaux et marqués, entre poésie pour l’une et new-wave pour l’autre. De quoi démontrer encore une fois la suprématie anglo-saxonne dans tout ce qui touche de près ou de loin à la musique rock.

Un vendredi international pour le côté route

La veille, le vendredi 11, la programmation sera géographiquement beaucoup plus éclectique, et s’entendra de Paris à l’Australie en passant par Berlin et l’Angleterre. The Apartments sera la caution beauté et mélancolie de cette soirée, évoluant dans le clair-obscur d’un songwriting ciselé, mais fera figure de dissident au milieu du reste de la programmation.

Si The Lounge Society se rapprochera plutôt de la programmation du lendemain en terme de style, ce ne sera définitivement pas le cas d’Altin Gün et de son psychédélisme turc, qu’on n’a plus vraiment besoin de présenter, et encore moins de Zombie Zombie, projet hypnotique d’Etienne Jaumet, Cosmic Neman et Dr Schonberg. Avec les Allemands de Camera, aucun doute que cette soirée transformera la Nouvelle Vague en dancefloor haute qualité digne des meilleurs clubs berlinois.

Bref, ON. A. HÂTE.