Francouvertes 2018 soir 7 : Rayannah, Héliodrome, Sam Faye & D-Track

LIVE REPORT – Retour sur la dernière soirée de concerts des préliminaires aux Francouvertes, qui a vu passer Rayannah, Héliodrome et Sam Faye & D-Track.

On y est, c’est la dernière soirée de préliminaires des Francouvertes 2018. Les trois derniers candidats sélectionnés dans les 21 s’affrontent pour récupérer l’une des neuf places qualificatives. Tu ne comprends pas tout ? Ce n’est pas bien grave. Retiens juste que la prochaine étape c’est les demi-finales et que seuls 9 groupes sur les 21 pourront concourir pour une place en finale. Pour cette dernière, le Cabaret n’est pas bien rempli, il faut dire qu’à cause de Pâques la soirée a été décalée à mardi. Peut être est-ce aussi dû au line up très éclectique. Trop éclectique ? Pour la première fois, la salle est attentive lors des interventions d’Isabelle Ouimet, la présentatrice de la soirée. C’en est surprenamment agréable.

Une fois n’est pas coutume, un ex candidat vient fouler la scène pour 15 minutes. Pour cette dernière, c’est un ex de la 3e édition qui se présente. Ivy et sa coupe de cheveux à la Charlebois est un slameur et chansonnier québécois qui avait remporté le tremplin en… 1997. Ses parents sont français mais lui est bien québécois, son énonciation et prononciation des mots ne laissent pas l’ombre d’un doute. Dans un halo de lumière il débite ses textes a cappella avant de finalement ressortir sa guitare pour l’occasion. Ça ferait 10 ans qu’il n’en a pas jouée, on a du mal à y croire tant il semble à l’aise. Il nous parle donc des tournées, de la langue française et de prendre le temps de profiter de la vie. Amen.

Rayannah la lumineuse

Rayannah est la première à se lancer dans la compétition de cette 7e soirée. Elle est accompagnée d’Étienne Mason (Maysun) à la batterie et de Mario Lepage (Ponteix) aux machines. Pour l’occasion, la Franco-Manitobaine nous interprète toute une flopée de chansons en français. Rayannah, dont le premier EP était à 90% en anglais. Ces nouveaux titres atmosphériques et rythmiques elles nous les jouent en avant-première puisque son premier album est attendu pour la fin de l’année 2018. Il y a moins de loops que ce à quoi on était habitués, sûrement dû au fait que ce soir-là, elle joue en trio.

On accroche bien sur « Chaque fois », on découvre en live son tout nouveau single « En attendant demain » et on s’indigne avec elle sur « Delphine & Marylou », sa chanson écrite suite à un voyage en vélo et une rencontre avec une belle bande de relous sexistes dans un tabac français (bienvenue chez nous). On entend surtout son timbre de voix clair et puissant qui se fait véhément sur sa dernière chanson en clair-obscur. C’est extrêmement beau, puissant dans les interprétations. Comme si on prenait notre souffle pendant 3 à 4 minutes, puis qu’on lévitait et naviguait entre tous ces sons planants, reprendre une grande respiration et espérer y retourner.

À LIRE AUSSI >> Rayannah : « Je n’ai pas choisi d’être une artiste ‘engagée’, je n’ai pas eu le choix »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Héliodrome : ne jamais se fier aux apparences

Je ne vais pas te mentir, j’avais écouté Héliodrome il y a quelques jours et je n’avais pas accroché du tout aux versions studio. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis car je dois admettre que j’ai été conquise par leur performance aux Francouvertes. Je ne l’explique pas franchement. C’est apparemment la première fois que ce groupe de cinq musiciens participe à un concours. Mais qu’on se rassure, nous dit Khyro, le frontman et rappeur du groupe, ils ont regardé La Voix pour se préparer. On ne sait pas si on est plus rassurés.

En tout cas les arrangements sont superbes, d’une intensité incroyable, toujours très bien amenées. Peut être l’effet du trombone et de la pedal steel guitar en plus de la guitare et de la batterie ? Le seul bémol c’est que les textes sont difficilement discernables à mon goût. Je ne saisis qu’un mot sur 10, et encore je me lance des fleurs. J’ai deux hypothèses : je ne maîtrise pas suffisamment bien la diction québécoise ou la voix n’était pas assez forte. Parfois j’ai l’impression d’écouter du Manau mixé avec des brides jazz et des échantillons rock. Ça a l’air weird comme ça, mais je vous assure que ça passe crème. À voir en live, définitivement !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sam Faye & D-Track savent bien danser

Le troisième groupe qui se présente, et le dernier de toutes les préliminaires, m’a fait rire nerveusement du début à la fin de leur set. C’est bien simple ça a commencé avec un « braaa » entendu depuis les coulisses suivi d’un « Chu down avec ceux qui down »  à une choré de zumba pour personnes âgées pour finir le concert (« J’sais pas danser »). Entre deux, du rap aux paroles légères, presque infantiles. Un peu des BigFlo & Oli à leurs débuts, mais sans les tracks orchestrales dont nous ont habitués les deux frérots toulousains. Là, on est plutôt sur des intru 90’s funk/hip hop classiques avec de grosses basses.

Les deux rappeurs de Gatineau sont accompagnés d’un DJ derrière eux. Ils arpentent la scène de gauche à droite, accessoirisent leur chanson « Mon backpack » avec des sacs à dos et miment leurs refrains (« J’aime trop le café »)… C’est drôle à voir, franchement. Et c’est culotté (qui assumerait d’appeler une chanson « Brosse à dent » ?). Le public semble soit s’enjailler, soit rester complètement sur la touche. Malheureusement, je me place dans la seconde catégorie. Ce qui n’a pas d’incidence puisque le duo de rappeurs est le seul groupe à se qualifier pour les demi-finales.

Classement final : 1/ LaF 2/ zouz 3/ Laura Babin 4/ Crabe 5/ Lou-Adriane Cassidy 6/ Sam Faye & D-Track 7/ Mort Rose 8/ Jay Scott x Smitty Baccaley 9/ Gabriel Bouchard

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : Emma Shindo

Advertisements