Francos de Montréal jour 2 et 3 : Eddy de Pretto, Clara Luciani, Choses Sauvages…

LIVE REPORT – Retour en images sur le premier week-end des Francos de Montréal : Eddy de Pretto, Clara Luciani, Choses Sauvages, Clément Jacques et Gabriel Bouchard.

Sur le papier, le premier week-end des Francos de Montréal prévoyait plein de belles choses. Pour tous les goûts. On avoue n’être resté que quelques minutes au grand spectacle d’Éric Lapointe, le fils de Johnny et de Garou (n’en déplaise aux puristes). On a préféré se faufiler sous la tente Coors Light pour aller revoir la somptueuse et toujours aussi charismatique Clara Luciani. La Française présentait son premier album au public montréalais (à bonne moitié française en début de samedi soir). Le regard possédé, le sourire aux lèvres, Clara Luciani reviendra pour un rappel, avouant être bien embêtée. Elle n’a plus de chansons. Pour la peine elle jouera sa reprise francisée de « Video Games ».

À LIRE AUSSI >> Clara Luciani : « Je ne crois pas trop au mythe du poète maudit »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Country rose avec Clément Jacques

Puis passage du côté de la scène Hydro-Québec pour découvrir un rockeur  qui nous a fait beaucoup rire. Clément Jacques n’a sûrement pas donné son meilleur concert. Face à quelques inconditionnels réclamant des titres précis et des curieux allant et venant le Québécois n’a pas semblé très bien préparé. De reprises à gogo (« Hélène » de Roch Voisine, « Take Me Home, Country Roads », « Lean On Me »…) à des questions concernant le temps qu’il lui restait à jouer, Clément Jacques n’a pas dû se faire que des amis. On ne va pas mentir, cet éparpillage ne nous a guère dérangés, on a passé un bon moment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Gabriel et ses vétérans

Le dimanche, on l’a forcément commencé avec Gabriel Bouchard. Jeune Québécois talentueux que l’on suit avec attention depuis son passage aux Francouvertes où il s’est hissé jusqu’en demi-finales. Accompagné d’habitude par ses chums du groupe Gazoline, le voilà entouré de ses « vétérans » comme ils les appellent. Dans les trois, son papa batteur, Pierre Bouchard qui n’en est pas à son coup d’essai. C’est les premières Francos de Montréal de Gabriel et pour l’occasion, toute la bande est partie du Saguenay à 5h du matin. Ambiance chaleureuse et bienveillante sous la tente Coors Light qui va peu à peu se remplir. En prime, un tas de nouvelles chansons qui on l’espère figureront rapidement sur un premier album.

À LIRE AUSSI >> Gabriel Bouchard : « Je veux produire mon premier album »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Choses Sauvages, le groupe qui monte

Sur la scène Hydro-Québec, c’est un autre groupe québécois en devenir qui se prête au jeu du concert gratuit. Choses Sauvages est le band dont tout le monde parle ces derniers temps à Montréal. Les garçons viennent en effet de signer chez Audiogram (Pierre Lapointe, Peter Peter…). Ils partiront en tournée sur les bons conseils de l’Agence Preste (Half Moon Run, Klô Pelgag, Foreign Diplomats…). Sur scène, c’est franchement sympa, les ambiances entre pop, rock et électro sont finement amenées et ça groove bien. Leur premier album est prévu pour la rentrée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Eddy à Montréal

En guise de fin de soirée, on passe les portes du MTelus pour l’un des concerts les plus attendus du festival. Eddy de Pretto, d’abord programmé à l’Astral, fait sa première date montréalaise. Il est accompagné de Clara Luciani en première partie. La salle affiche complet. On ne peut que saluer la décision des organisateurs d’avoir déplacé le concert. Le spectacle du beaulieusard n’a pas changé. Portable à la main et batteur au fond, le jeune homme s’exécute pour un énième concert (comment fait-il pour tout enchaîner ?). La foule est conquise, ravie de retrouver les titres de l’album et n’hésite pas à joindre sa voix. Nous, on ne cracherait pas sur un petit twist dans cette formule live, très frontale, qui a fait ses preuves. Ça sera pour la prochaine fois.

À LIRE AUSSI >> Eddy de Pretto : « Mon métier c’est ma thérapie, ma façon de vivre avec le réel »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : Emma Shindo

Advertisements