Beauregard, Mainsquare, Eurockéennes… adieu festivals d’été

ANNULATION – Année 2020, c’est officiel : tu crains. Depuis le discours de Macron hier soir, les annonces d’annulation de festival pleuvent.

Évidemment, on s’en doutait. Avec l’annulation du Hellfest, le report de Lollapalooza Paris, et l’annulation des Solidays, on voyait bien venir d’autres annulations pour cet été. Hier soir, dans son discours, Emmanuel Macron a confirmé nos craintes. Pas de festivals au moins jusqu’à la mi-juillet.

Depuis donc, ce sont les communiqués en cascade. John Beauregard, Mainsquare, Europavox et Eurockéennes en tête. Entre remboursements promis (Eurocks, Europavox et Beauregard) ou report et billets valables pour l’an prochain (Lolla et Mainsquare), il faut se faire une raison, les festivals de juillet, ce sera pour 2021.

Les incertitudes pour la suite

Alors bien sûr, cette liste risque de s’allonger. La question reste même extrêmement tendue pour tous les festivals prévus à partir de la mi-juillet. Eux devront malheureusement encore vivre dans l’incertitude. Car les questions d’organisation restent nombreuses, le discours du président précisant bien « au-moins » avant cette date de mi-juillet.

Si tant est que la situation française s’améliore, pourra-t-on se permettre de réunir des milliers de personnes au même endroit fin juillet ou mi-août ? Quid des frontières ? Seront-elles ouvertes pour permettre aux artistes de se déplacer ? Les autres pays permettront-ils à leurs artistes d’honorer des dates en Europe ? Y aura-t-il de nouvelles contraintes à respecter dans l’organisation de telles réunions pour garantir la santé de chacun ? Les festivals parviendront-ils à s’organiser avec toutes les incertitudes que cela implique ?

Au Québec, le choix a été clair. Tous les festivals sont annulés jusqu’au 31 août. C’est en regardant outre-Atlantique qu’on peut légitimement s’interroger sur la suite de notre été… Il semblerait que les festivals aient désormais à s’organiser à nos fenêtres.

Festivals, on vous aime

En attendant, c’est toute la culture française qui sera touchée cet été, et qu’il faudra soutenir coûte que coûte. Pendant que les Eurocks avouent « faire face au plus grand défi de son histoire », que le festival Art Rock annonce des « conséquences financières importantes pour l’association […] mais aussi pour ses équipes, ses prestataires, ses fournisseurs », le communiqué du festival Beauregard résume l’ensemble : « une telle situation ne peut que fragiliser […] tous les acteurs des Musiques Actuelles ».

On espère grandement que tout le secteur de la musique sera soutenu d’une manière ou d’une autre par le gouvernement. Parce que c’est cette culture qui nous est si chère, qui nous élève et nous rassemble. Et pour toutes ses raisons, montrons notre soutien à toutes ses fourmis qui transforment d’habitude dans l’ombre nos étés en moment de joie. On se retrouvera. Et d’ici là, on est là !

Advertisements