La (belle) session acoustique du samedi #149 : Hozier

CLASSIQUE – Un être vous manque et tout est dépeuplé dit le proverbe. On aimerait bien qu’Hozier nous revienne bientôt. En attendant…

Cet artiste fait partie de nos classiques. Cette session également. Alors comment se fait-ce qu’on ne vous l’ai jamais partagée ? Mystère et boule de gomme. Pourtant, s’il y a bien un artiste duquel on parle unanimement sur Rocknfool, c’est bien Hozier. Tu te demandes pourquoi maintenant ? Parce qu’on s’est rendu compte qu’il nous manquait cruellement. Son premier album éponyme est sorti en 2014, et après une tournée planétaire, l’Irlandais n’a plus vraiment donné de nouvelles officiellement. Imagine toi, 2014 !

The way she tells me I’m hers and she is mine
Open hand or closed fist would be fine
The blood is rare and sweet as cherry wine.

On se doute qu’il doit travailler à la suite, avec la pression qui pèse sur ses épaules de songwriter-qui-a-conquis-la-planète-toute-entière. On espère en tout cas qu’il nous prépare des chansons telles que la sublime « Cherry Wine », interprétée ici en guitare-voix pour Mahogany. Les poils se dressent à chaque fois, ça n’y loupe pas.

À LIRE AUSSI >> [INTERVIEW] Hozier : « J’ai écouté beaucoup de blues et de r’n’b »

Advertisements

Une pensée sur “La (belle) session acoustique du samedi #149 : Hozier

  • 7 octobre 2017 à 8 h 03 min
    Permalink

    Merci pour votre remarque que je partage à 100pour 100, son premier album est, pour moi, l’un des meilleur de cette décennie, il est Nietzchéen pour les textes, et sa voix ! elle est boulversante par son pouvoir de nous transporter dans un espace qui s’apparente à la spiritualité. OuI HOZIER est une drogue dure, un artiste immense.

    Répondre

Laisser un commentaire